L’ex ministre et député du Bénin, Bernard Lani Davo, invité sur Café médias plus ce vendredi 26 octobre 2018 à Cotonou, est revenu sur les motivations des nouvelles options décidées par le parti Union démocratique pour un Bénin nouveau (UDBN) du député Claudine Prudencio lors de son congrès des 20 et 21 octobre dernier à Cotonou. Lesquelles options font objet de diverses interprétations dans l’opinion publique.Le choix de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (UDBN), ex-Union pour le développement d’un Bénin nouveau, de ne pas se fondre dans l’un des deux blocs politiques pro-Talon -Progressistes ou Parti Républicain (PR)- et d’aller aux élections législatives de 2019 seule, est l’expression de ses militants de se conformer aux lois en vigueur en République du Bénin notamment la nouvelle charte des parties politique, à en croire l’invité.

Pour l’ancien ministre sous le régime du Président Boni Yayile concept de bloc politique n’est pas valable au regard de la loi. C’est le parti qui va aux élections, indique-t-il, rappelant que le Bénin a opté pour le multipartisme. « La nouvelle charte n’a pas dit que pour créer un parti, il faut une fusion. L’UDBN a opté pour l’existence de son parti » relève-t-il pour justifier le refus de ce parti de se fondre dans un bloc. Dans le même sens, il défend que l’UDBN n’est pas un bloc politique comme l’ont perçu certains Béninois sous l’argument qu’il est composé de plusieurs mouvements politiques.

L’ancien député au parlement béninois informe également qu’au-delà de la conformité à la nouvelle charte des partis politiques au Bénin, ce choix de l’UDBN est motivé par la volonté des militants du parti de « maintenir dit-t-il, le cap, parce qu’ils ont des idéologies » pour l’intérêt des jeunes, des femmes et du peuple béninois en général. Cela ne saurait être considéré comme une opposition au président Talon à qui la présidente de l’UDBN, l’honorable Claudine Prudencio continue d’accorder son soutien, d’après le ministre. Selon son appréciation, le président Talon n’aurait jamais imposé le regroupement des forces de la mouvance présidentielle en deux grands blocs uniquement. C’est juste un souhait qu’il a émis avec des orientations à propos, estime Bernard Lani Davo. «C’est une démarche consensuelle que propose Talon » affirme-t-il.

Législative 2019 au Bénin : Pourquoi l’UDBN de Claudine Prudencio a rejeté les blocs pro-Talon ?

5 Commentaires

  1. Moi je crois que le PRD devrait faire pareil. Par sa taille et son anciennetè, se fondre dans un bloc ne Lui permettra pas de bien s’imposer au sein de la majoritè.

  2. Si cette sortie ne fait pas partie de la cacophonie au sein de la soi-disante mouvance présidentielle, c’est quoi alors. Talon sugèrerait seulement le regroupement en deux blocs et lui trouve que le concept de bloc politique n’est pas valable au regard de la loi tout en prétendant soutenir toujours Patrice Talon. De quoi veut on nous rabacher les oreilles?

  3. Lani davo , un autre politicien transhumant à outrance , bien dommage pour ce monsieur dont les explications me séduisent parfois ; dites lui que faire la politique n’est pas obligé, et qu’ici Claudine et lui n’ont d’idéologie que ” manger ” garantir les intérêts de leur bailleur de fond  qui est dossou aworet pour le projet de rail et port de sème, etc , etc , et qu’ils gagneraient aux yeux de la population  en se séparant de la gestion désastreuse du benin faite par talon . 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire