Me Adrien Houngbédji : « Que nul ne s’y méprenne : la démocratie c’est ici (à l’Assemblée nationale) »

Me Adrien Houngbédji : « Que nul ne s’y méprenne : la démocratie c’est ici (à l’Assemblée nationale) »

L’Assemblée nationale a ouvert sa deuxième session ordinaire de l’année ce jeudi 25 octobre. A l’occasion, le président du parlement Me Adrien Houngbédji a prononcé un discours dans lequel il salue la réforme du système partisan et évoque les défis de cette session consacrée au vote de la loi des finances 2019.

APF : Adrien Houngbédji conduit une délégation de parlementaires béninois

Dans son allocution, le patron de l’hémicycle  n’a pas fait mystère de son engagement et de celui de ses collègues à exercer leurs prérogatives constitutionnelles jusqu’au dernière jour de leur mandat.”Que nul ne s’y méprenne, la démocratie est ici”a t-il affirmé avant de remercier  ses collègues pour avoir contribué à l’aboutissement de la réforme du système partisan . A l’en croire, « c’était un objectif nécessaire en ce qu’il permettait de mettre fin à la transhumance politique et de favoriser l’émergence des grands partis politiques plus performants et plus représentatifs ». Il rappelle que les deux textes de loi qui encadrent cette réforme n’ont pas été votés sans consulter les partis politiques et les organisations de la société civile.

Leurs observations ont été prises en compte pour améliorer ces textes assure-il. Donc, les récriminations qui continuent de parvenir à ses oreilles, ces désaccords, « du moins ce qu’il en reste ne sont désormais que l’expression marginale de rigidités qu’il faut attribuer à la tendance naturelle des hommes à craindre le changement , fut-il positif  » a-t-il déclaré. En ce qui concerne la deuxième session du parlement qui s’ouvre, elle sera consacrée à l’examen de la loi des finances notamment.

Diversifier les moyens de contrôle de l’action gouvernementale

Cet exercice requiert selon le président du parlement, une minutie particulière de la part des députés. La discussion et le vote de la loi des finances permettront de valider un outil essentiel au fonctionnement de l’exécutif mais également de placer le parlement dans une position privilégiée pour exercer ses attributions de contrôle de l’action du gouvernement. Il a rapporté le souhait du Bureau de l’Assemblée Nationale qui désire voir les députés diversifier les moyens de contrôle à leurs dispositions.

« Au-delà des questions orales avec débat, il est utile, lorsque les circonstances et les dossiers l’imposent, de recourir aux questions d’actualité, aux questions écrites et surtout aux auditions en Commissions.  Je suis convaincu que c’est le meilleur moyen de renforcer la confiance entre le gouvernement et le peuple béninois, par une culture saine et responsable de la reddition des comptes» a-t-il indiqué. Rappelons que la  7 e législature de l’Assemblée nationale est en fin de mandat.Les élections législatives auront lieu l’année prochaine.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire

    Silence , on tue !
    Un president qui refuse la parole a la minorite parlementaire ose pretendre que la democratie vit au parlement !
    Si le ridicule pouvait tuer, Hagbe ne serait plus de ce monde…
    Ainsi donc on apprend que l’objectif de la charte des partis est de mettre fin a la transhumance…
    Vaste plaisanterie quand on sait qu’Abimbola, celui qui trahit son camp entre 2 tours d’election presidentielle est une des chevilles ouvrieres de ce texteUn parlement a degager au plus tot

  • Avatar commentaire

    « Que nul ne s’y méprenne : la démocratie c’est ici (à l’Assemblée nationale) »
    Ah bon!
    Pour sûr Adrien Houngbédji a raté une grande carrière de comique.

    • Avatar commentaire

      Un véritable comédien qui ne réussit pas à faire rire d’ailleurs, ce qui se passe avec cette législature est une comédie de mauvais goût!!!

      Comment un parlement qui prend des décisions qui sapent les fondamentaux de la démocratie peut il se réclamer d’un haut lieu de la démocratie???

      C’est une insulte au peuple souverain qui leur a confié un mandat!!!

      Adrien HOUNGBEDJI s’écoute quand il parle???
      Le mythe du diplôme est révolu au Bénin, c’est la cause que tu défends qui t’identifie à ce que tu es!!!

      Le parlement que dirige Adrien HOUNGBEDJI est peut être légal, mais n’a rien de légitime, car la légitimité est fondée sur la morale et l’éthique. Et du moment où ces parlementaires sont en porte à faux avec leur engagement envers le peuple, ils ne sont plus légitimes. Donc plus des démocrates.

      Au titre du contrôle de l’action gouvernementale, quel est le bilan???
      Ne parlons pas des lois liberticides et rétrogrades votées, c’est la marque de fabrique de cette législature.

      C’est l’histoire qui sera leur juge, et point d’indulgence pour eux de la part de la génération actuelle et montante.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 semaines

    Avec houngbedji , ” la démocratie ” n’est plus à l’assemblée, mais dans la **** de talon ; bien triste 

  • Avatar commentaire

    la vieillesse..est un nauffrage…..dit on…?

    ici c’est carrément…le titanic…qui coule..

    Si je veux etre méchant…c’est le porte avions…de l’amirasisme..yamamoto…qui coule…aprés les coups de boutoirs…de missiles américains..

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 semaines

    Ce houngbedji se prend-il pour Victor Hugo , ou Robespierre ? Il est tout seul a croire que la démocratie est ” ici ” à cette assemblée sous sa présidence , lui et certains de ses collègues , qui **** à talon pour des **** au point où un autre collègue surprend une conversation entre deux collègues qui disaient entre eux : ” le patron n’accepte pas cette proposition de loi ” . Et oui le patron à l’assemblée présidée par houngbedji n’est plus le peuple qui les a mandatés en les envoyant à l’assemblée  ; vous voyez !