Nouveau statut des magistrats au Bénin : « La manœuvre consistait dans l’affaiblissement des acteurs … »

Nouveau statut des magistrats au Bénin : « La manœuvre consistait dans l’affaiblissement des acteurs … »Robert Marc Dadaglo, Président de l'Unamab. Capture ecran : EDEN TV

Au cours de son assemblée générale extraordinaire le vendredi 26 octobre 2018 à Cotonou, l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB) s’est penchée aussi sur le processus amorcé entre temps pour doter les magistrats d’un nouveau statut digne du nom. L’union prend acte de la suspension dudit processus qui note-t-elle, n’était qu’un prétexte pour leur retirer le droit de grève. Elle dénonce des « atteintes graves à l’office du juge et à l’indépendance du pouvoir judicaire ».

Unamab – Bénin : La sortie de crise dépend de la rétrocession des salaires

Dans la déclaration de fin d’Ag, l’UNAMAB dit avoir pris acte de l’abrogation de la nouvelle loi portant statut de la magistrature votée mais non promulguée. Elle déplore par cet acte, que l’initiative prise par le gouvernement dans le secteur de la justice et consistant à doter les magistrats d’un statut digne du nom n’ait pas été conduite à son terme. « Finalement, en dépit des bonnes intentions ostentatoirement affichées, les magistrats n’ont jamais disposé d’un nouveau statut, ce pendant que leur droit constitutionnel de droit de grève a été quasiment supprimée » déclare l’UNAMAB.

Dans la même veine l’UNAMAB déplore la campagne médiatique qu’il y a eu au lendemain du vote de cette loi -désormais abrogée-, pour faire croire que les magistrats ont un nouveau statut. C’est « pour livrer les magistrats à la vindicte populaire, les faisant passer pour des privilégiés de la République » regrette l’union. Elle se rend compte que ce n’était qu’un alibi pour faire passer le retrait de leur droit de grève.

« En réalité, la volonté affichée de donner aux magistrats un statut convenable susceptible de garantir l’indépendance de la justice n’a été qu’un prétexte. La manœuvre véritable consistait dans la suppression du droit de grève, et partant, l’affaiblissement des acteurs de la justice.» déclare-t-elle.

En lieu et place de l’indépendance du pouvoir judiciaire tant scandée, c’est plutôt des représailles et menaces de poursuite judiciaire à l’encontre des magistrats tant par la chancellerie que par les non-magistrats membres du Conseil supérieure de la magistrature, relève l’UNAMAB.

« Ces actes constituent une atteinte grave à l’office du juge et à l’indépendance du pouvoir judicaire, socle de l’état de droit » a-t-elle souligné dans sa déclaration.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire

    Les magistrats doivent comprendre qu’ils ne peuvent rien attendre du clan Talon, ses avocats Djogbénou et Quenum, ni d’une assemblée de députés godillots.
    Il leur faut se ranger aux côtés du peuple dans la lutte pour la démocratie, l’indépendance de la justice, la préservation de l’etat de droit contre les manœuvres d’embrigadement

    • Avatar commentaire

      je veux bien partager..ton point de vue….gombo..mais je pense que le probleme est plus complexe que ça…

      Le beninois..pense d’abord à lui..à sa carrière,à sa sécurité professionnelle..avant de penser collectif.

      Tiens..!!

      Si aujourdhui…les magistrats..majoritairement boudent la criet..

      Si aujourdhui…les avocats dans leurs ensembles…refusent de plaider devant la criet…..

      Dis je le gouvernement à les moyens…de leur créer..de problemes….vitaux..

      Et dans ce cas…toute cette catégorie..qui ont des loyers à payer,des familles à entretenir..la scolarisation..des enfants à assurer…des prets bancaires..à honnorer….se trouvent sans revenus…ils deviendront…quoi..?

      Celà n’empèchera pas les gouvernants de dormir…vois tu…?!

      Donc..les gens réflechissent beaucoup…et ce n’est pas la volonté et l’envie d’en découdre..qui leur manquent..

      Comme on le dit…les réalités..dominent toujours les sentiments….et le gouvernement le sait…

  • Avatar commentaire
    Midofi Il y a 2 mois

    Michel Adjaka n’est plus le président de l’UNAMAB mon cher Bito. Il y a aujourd’hui un nouveau bureau et il revient à ce bureau de se faire entendre.
    Excellente journée.

  • Avatar commentaire

    Qu’est ce qu’il attend pour agir, Michel Adjaka était proactif