Représentativité des femmes dans les structures du Cos-lépi au Bénin : Les Hes Alladatin et Mitokpè apprécient

Représentativité des femmes dans les structures du Cos-lépi au Bénin : Les Hes Alladatin et Mitokpè apprécient

La faible représentativité des femmes au sein des commissions communales d’actualisation de la Lépi est un sujet sur lequel Orden Alladatin et Guy Mitokpè ont bien voulu donner leur avis. C'était au cours d'un entretien accordé au quotidien de service public La Nation.

Désignation des représentants du parlement à la Cour : « Le ciel […] sera très orageux » selon l’He Mitokpè

Le député du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) a été très clair sur le sujet. « Ce ne sont pas les instances qui nomment (les membres des CCA Lepi). Chaque député désigne une personne. On fait ensuite la liste des différentes personnes désignées. Quand moi je veux désigner quelqu’un , je ne cherche pas à savoir celui ou celle que mon collègue a désigné. Si on avait dit que les partis se mettent ensemble pour désigner quinze personnes par exemple, le parti dans son dosage peut gérer au mieux cette préoccupation » a expliqué Orden Alladatin.

Il assure que la  désignation des membres des  CCA Lépi n’a rien à voir avec le genre. Chaque parti veut positionner des gens qui puissent lui drainer du monde. S’il faut désigner une femme dans la commune de  Boukoumbé et que le parlementaire n’en a pas d’aussi représentative là-bas que voulez-vous qu’il fasse ?  lance l’He à ses interlocuteurs. Pour sa part, il dit avoir désigné une femme.

Guy Mitokpè, député de l’opposition jette un pavé dans la mare de ses collègues du BMP quand on l’interroge sur le même sujet. Selon le Secrétaire général de Restaurer l’Espoir, les députés du BMP ont voulu introduire dans la Constitution cette question de représentativité des femmes en politique. Ce qu’ils n’ont pas réussi à faire mais  la désignation des CCA Lépi était pour eux une occasion de montrer que la question leur tenaient à cœur. Malheureusement, ils se sont fait prendre à leur propre piège. « C’est un peu comme un effet boomerang. La pierre qu’ils ont lancé s’est retournée contre eux » critique Guy Mitokpè. Il réfute par ailleurs l’argument de l’He Alladatin qui estime que les femmes ne peuvent pas être désignées si elles ne sont pas suffisamment  représentatives dans les régions.

De l’avis de l’opposant ,« c’est un argument qui ne tient pas . On peut désigner autant de femmes bien instruites et bien intelligentes au sein de la couche juvénile» selon lui.  Guy Mitokpè reconnaît que la minorité n’a pas désigné beaucoup de femmes au sein des CCA Lépi mais il assure que ses collègues ne veulent pas prendre les femmes comme un moyen de chantage, un argument de campagne. Pour lui, l’implication des femmes en politique et leur représentativité au plus haut niveau sont deux concepts différents. « Nous devons être assez intelligents et indépendants pour concevoir des politiques qui vont dans le sens de la promotion des femmes » a-t-il déclaré.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou Il y a 2 mois

    C’est la preuve qu’ils ne croient guère à une représentation forte des femmes dans les instances politiques. C’était juste un alibi pour porter un coup fatal à notre constitution. Comme quelqu’un l’a dit: “le droit des femmes s’arrète là où commence le pouvoir”. Qu’ils sachent que nous ne sommes pas bête.