Suisse : interdiction d’une exposition publique de cadavres humains

Suisse : interdiction d’une exposition publique de cadavres humains

L'exposition «Real Human Bodies» prévue ce week-end au Palais Beaulieu à Lausanne n'aura pas lieu. Les corps et les squelettes plastinés, objet de l’Exposition, suscitent moultes controverses.

Suisse : naturalisation rejetée pour des musulmans suite à un refus de poignée de mains

Cette décision intervient après que l’ACAT (Association chrétienne pour l’abolition de la torture et des peines de mort) a déposé une plainte concernant l’origine des corps exposés, exigeant des certifications écrites de consentement fournies par le défunt pour l’utilisation de leurs corps dans une exposition. L’exposition ‘Real Human Bodies’ utilisant une technique la « plastination », qui permettrait aux tissus et aux organes du corps d’être exposés et préservés.

La ville de Lausanne aurait donc demandé aux organisateurs de l’événement, de fournir une preuve concrète de ce que ces personnes avaient approuvé l’utilisation de leurs cadavres en tant qu’œuvres d’Art.

Chose qu’ils n’ont pu clarifier. « La ville a demandé des éclaircissements et ne les a pas reçus. Nous avons donc interdit cet événement et exhorté la Fondation Beaulieu à prendre toutes les mesures nécessaires pour ne pas l’ouvrir au public. » explique Pierre-Antoine Hildbrand, membre du conseil municipal de la ville à la presse nationale.

En Suisse, chaque personne a le droit fondamental de disposer de ses restes à sa guise et de fixer des conditions précises pour leur avenir. Les doutes concernant les origines des corps n’ayant pas été dissipés, la ville a déclaré que l’exposition risquait de heurter les  sensibilités de la population de Lausanne.

Commentaires

Commentaires du site 0