Des jihadistes de Boko Haram ce Mercredi, les villages de Bulaburin et Kofa, ainsi qu’un camp situé dans le village de Dalori, à proximité de Maiduguri, capitale de l’État de Borno.Selon l’agence de presse, ce ne serait pas moins de 12 personnes, dont un clerc islamique et des membres de sa famille, qui auraient été tués au cours de l’attaque, mercredi soir.  Selon un témoin des évènements, Babakura Kolo , membre de la milice locale de défense « neuf personnes ont été tuées à Bulaburin, deux à Dalori et une personne à Kofa, les cases dans le villages ont été pillées avant d’être incendiées ». Les terroristes à bord d’une demi douzaine de camion ont envahi à l’improviste les villages et le camp et ont ouvert le feu .

«Quand les hommes de Boko Haram sont arrivés, ils se sont arrêtés sur la route qui surplombe le camp et ont commencé à tirer » témoigne Solomon Adamu, un autre milicien ayant pris part au combat. Tir à l’arme automatique, grenades et roquettes, c’est avec la volonté manifeste de tout raser qu’attaquèrent les terroristes. “Une grenade n’a pas explosé et gît toujours dans le camp, dans l’attente des unités de déminage pour l’évacuer” poursuit Adamu.

Le Camp de Dalori est souvent la cible faction loyale à Abubakar Shekau. Déjà en janvier 2016, au moins 85 personnes ont été tuées lorsque des combattants militants ont pris d’assaut et incendié le village de Dalori et tenté d’accéder aux camps et en juin 2017, deux femmes kamikazes se sont fait exploser au camp faisant plusieurs blessés.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom