Décès d’Aboudramane Sangaré : la classe politique ivoirienne rend hommage au fidèle de Gbagbo

Décès d’Aboudramane Sangaré : la classe politique ivoirienne rend hommage au fidèle de Gbagbo

Aboudramane SANGARE, ancien Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères, Président par intérim du Front Populaire Ivoirien et indéfectible de l’ancien Président Laurent Gbagbo, a tiré sa révérence ce 03 Novembre ; La Côte d’ivoire est en émoi.

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro se rêve t-il en prochain “Emmanuel Macron” ?

La Classe politique ivoirienne salue de manière unanime la mémoire de celui que tous s’accordent à dire qu’il était un homme politique de premier plan. Aboudramane Sangaré a passé l’arme à gauche au petit matin du samedi 03 Novembre à la polyclinique Farah, dans la capitale Abidjan,  où il a été admis après une opération de la prostate. Le “Gardien du Temple“, comme l’aime à le nommer le clan Gbagbo, était un compagnon historique, c’était lui qui au plus fort de la tourmente du FPI avait tenu les rennes du Parti et œuvrer sans relâche à empêcher le parti de dériver.

C’était « un homme d’Etat, un homme d’honneur et même un acteur politique de premier plan demeuré fidèle à M. Gbagbo et à la ligne politique originelle du FPI qui fut et demeure l’essence de leur engagement en politique » témoignait Narcisse N’Dri, porte parole du PDCI, adversaire historique au FPI.

Et si le PDCI et son président assure la famille de leur soutien durant les obsèques, c’est par une déclaration signée de Kandia Camara, que le RDR de la mouvance présidentielle prenait acte du décès de l’homme et présentait ses condoléances à la classe politique du FPI.

« La Côte d’Ivoire perd un de ses plus valeureux fils. » déclarait Soro Guillaume, président de l’Assemblée Nationale ; avant de saluer « la mémoire d’un combattant passionné de la Démocratie et des Libertés individuelles, dont l’engagement au côté de M. Laurent GBAGBO pour l’instauration du pluralisme politique en Côte d’Ivoire été determinante ».

Le FPI a suspendu  « Dans ces circonstances douloureuses (…) et pour commémorer « respectueusement la mémoire de cette mémoire célèbre » toutes ses activités politiques jusqu’à la fin des obsèques.

Commentaires

Commentaires du site 0