France : jugée pour avoir enfermé un bébé dans un coffre pendant deux ans

France : jugée pour avoir enfermé un bébé dans un coffre pendant deux ans

En France, le procès de la mère de Serena a débuté ce lundi 12 novembre 2018. Serena, c’est le nom de ce bébé gardé enfermer dans un coffre par sa maman depuis plus d'un an.

Célébration des 40 ans de son existence: Le Pcb toujours debout et inébranlable

Serena a passé plus d’un an dans le coffre du véhicule de Rose-Marie, sa mère. La dame qui comparaît devant la Cour d’assises de Corrèze ce jour , a retenu prisonnière sa fille dans ce coffre jusqu’à ce qu’un garagiste ne la découvre quasi-mourante en octobre 2013. Aujourd’hui Serena ne s’est pas remise de cette période difficile. Elle présente des symptômes autistiques irréversibles. Elle ne pourra donc jamais mener une vie normale. Il faut dire que sa mère ne voulait pas d’elle. Elle l’a clairement fait savoir dans une émission en 2013. « Pour moi ce n’était pas un bébé qui venait de naître » a-t-elle déclaré. Rose-Marie avoue avoir caché sa venue au monde à son mari et à ses trois enfants. « Il était 6 heures du matin, tout le monde dormait. J’ai mis ma fille au  monde, je lui ai coupé le cordon, je l’ai prise dans mes bras, je l’ai posée, et j’ai repris mon train-train , comme si de rien n’était » avait-elle raconté au cours de l’émission « 7 à 8 ».

Les jours qui ont suivi, elle allait nourrir la petite Serena qu’elle avait dissimulé dans une chambre située au rez de chaussée de la maison.  Quand le bébé a été découvert en 2013, la justice a mis  ses géniteurs  en examen pour « violences habituelles sur mineur, privation de soins et dissimulation». Quand l’avocate de la partie civile a constaté l’infirmité de la fille, elle a  demandé une requalification des faits puisque Serena ne peut pas communiquer. Elle émet juste des cris, se frappe et se griffe. Pour Marie Grimaud, « elle ne chantera pas, ne courra pas, n’ira pas à l’école et n’aura pas de copains » à cause des traitements dégradants qu’elle a subies. Rose-Marie risque 20 ans de prison pour « violences ayant entraîné une infirmité permanente ».

Commentaires

Commentaires du site 0