L’Association Béninoise de Droit Constitutionnel ( ABDC) organise depuis ce matin, un atelier sur l’efficacité des décisions gouvernementales au Bénin. Noël Chadaré, le secrétaire général de la Cosi Bénin prend part aux travaux de même que des universitaires et spécialistes en matière d’évaluation des politiques publiques.Patrice Talon est au pouvoir depuis deux ans et demi. L’efficacité des décisions prises par son gouvernement sera débattue au cours d’un atelier de l’ABDC  qui se tient depuis ce matin à Cotonou. Parmi les participants à cet atelier, Noël Chadaré, secrétaire générale de la Confédération des organisations syndicales indépendantes  du Bénin  (Cosi-Bénin). Le syndicaliste a fait sa lecture de l’impact des décisions gouvernementales sur les citoyens. « Aujourd’hui, les béninois ne se portent pas bien (…) les attentes sont en deca de ce qu’on espérait » a t-il déclaré.

Certains béninois n’arrivent pas à se nourrir deux fois par jour

Il reconnaît que des efforts ont été faits dans certains domaines mais sur le plan social, le gouvernement n’a pas répondu présent. « Les béninois sont en train de se morfondre parce qu’il ne vont pas bien. Ils ne sont pas heureux » soutient le syndicaliste qui assure que certains de ses concitoyens ne mangent même pas deux fois par jour. A la fin  des travaux  de  cet atelier, un  rapport global  « sur les échanges » sera envoyé au gouvernement informe Joël Aïvo  , président de l’Association Béninoise de Droit Constitutionnel.

12 Commentaires

  1. A quoi servent les séminaires et autres activités de réflexions dans le Bénin d’aujourd’hui? Qui parmi les dirigeants a une oreille pour écouter les résultats des conclaves de réflexions? La démocratie dans le pays se résume de plus en plus aux desiderata d’une poignée de «bien pensants» ou branchés. La large consultation ou celle organisée de manière autonome sont les malvenues. Il serait cependant absurde de se passer de ces concertations et réflexions parce que après le mauvais temps vient inéluctablement le temps ensoleillé. Dans tous les cas, après certains il y en aura d’autres plus réceptifs aux opinions indépendantes.

    • CHER SYLVAIN
      Vous fûtes Ministre dans ce pays. A l’époque, des étudiants, des travailleurs souffraient de ce même syndrome que vous dénoncez à juste titre aujourd’hui chez nos dirigeants politiques . Pouvez-vous nous dire ce qui vous rend si sourd dès que vous êtes nommés ou élu à un poste politique élevé???
      Amicalement

  2. Mon point a toujours été facile à digérer ou à assimiler pour être précis. Personne à l’intérieur du Bénin n’ira pas nous faire avaler un oursin en nous lançant que la situation politico-économique, politico-sanitaire, politico-aménagement du territoire, politico-innovation, politico-éducation, politico-emplois étaient à l’état néant ou encore glissent vers le néant avec l’ancien régime. Les grèves sauvages étaient l’ordre du jour avec le gouvernement Yayi, même les compteurs électriques refusent de fonctionner en la présence de Thomas Boni Yayi. Quand un président ne connait pas les aspirations de son peuple, quand un président n’a pas la notion de savoir qu’un pays qui a cultivé les innovations en mettant en marche les semences du développement, l’espoir devient très vite un remède amer pour les citoyens. Le Président Patrice Talon est entrain de commettre une grave erreur parce qu’il a été élu pour un mandat déterminé et quand son mandat sera révolu, il quittera La Marina, parce qu’il ne peux faire pas faire du Bénin un nouveau Togo, malgré ses liens étroits avec Faure Gnassigbé. La vérité est que les Béninois n’aiment pas entendre parler de sacrifices, et déjà ils crient la dictature. Sans sacrifices aucun pays ne verra le jour du développement.

  3. C’était bon avant pour eux.. les syndicalistes qui allaient en grève quand ils voulaient (3 à 4 mois par an) sans souffrir de rétention de salaires…
    Cela les encourageait à poursuivre à réduire le niveau de nos enfants à néant…à tel point qu’un élève de terminale est incapable de s’exprimer en français…
    C’était bien avant avec un système scolaire clochardisé, les concours frauduleux..où seuls les enfants des ministres où les parents de même village que le Ministre étaient les seuls à réussir aux concours d’Etat.
    C’était mieux avant avec le pillage orchestré par ICC Services, oeuvre démoniaque des Evangélistes qui ont contribué à élire Yayi Boni (Voir Mémoire du Chaudron..) et qui ont bénéficié de la complicité de Yayi pour mettre en place cette escroquerie la plus grave enregistrée au Bénin
    C’était bien avant avec la crise énergétique sans précédent subi par notre pays et pour laquelle Yayi a englouti 45 milliards sans le moindre KWH
    C’était bien avant avec 25 lmilliards enterrés dans les marécages de Porto NoVo
    En réalité, les souffrances d’aujourd’hui sont la résultatnte de cette politique de gabégie et de démission au plus haut niveau de l’Etat…
    SONAGNON ignore que les peuples pour résorber de telles gabégies sont obligés de se serrer la ceinture un certain temps afin de retrouver les équilibres fondammentaux

    • Mr ALLOMANN, et c’est quand Patrice TALON en violation des principes de droit et de la morale s’approprie les secteurs vitaux de l’économie nationale et demande au peuple de serrer la ceinture que le développement va se faire????

      Pourquoi TALON ne serre pas de ceinture lui, et demande aux autres de serrer la ceinture???

      Vous savez combien de cas de surfacturations, d’attribution de marchés en violation des textes, de faux et usage de faux etc… sont à l’actif de ce régime???

      En matière de bonne gouvernance ce gouvernement n’est pas mieux que les autres. Mais nous allons à la fin.

  4. L’homme est au centre de toute politique de développement. Si les résultats d’une action publique ne contribuent pas à l’amélioration des conditions de vie des populations, cette action publique est inadéquate.

    Le pouvoir d’achat du béninois depuis le début du mandat de Patrice s’est amélioré???
    Les perspectives de développement économiques du pays donnent elles des espoirs???
    La justice sociale et l’équité existent???

    A ces questions, la réponse est négative, alors ce pouvoir n’est pas à la hauteur de la tâche. Il faut tout simplement faire partir ce pouvoir qui n’est pas à la hauteur.

  5. CA porte a croire tout etait bon avant. Si c’etait le cas pourquoi toutes ces greves dans le passé?

    Nos syndicalistes ne sont pas credibles….

    • Tout n’était pas bon, mais tout devient de plus en plus pire!!!

      On ne prend pas un nouveau Président pour que la situation devienne pire, mais que les choses aillent mieux que par le passé.

      C’est de ça qu’il est question.

      • Papa Sonagnon, alias TOGBE GRIGOU tu me déçois, toi qui a été à l’ancienne bonne école, tu oses écrire : ” Tout n’était pas bon, mais tout devient de plus en plus pire!!…”
        bo do gbé min ton boooo….!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire