Relation Kenya – Chine : Uhuru Kenyatta engage un bras de fer

Relation Kenya – Chine : Uhuru Kenyatta engage un bras de fer

Le président kenyatta dit être décidé à donner toutes les chances au pays dont il a la charge de se sortir indemne de la crise économique mondiale, il n’a pour ce faire, pas hésité à remettre en question des accords apparemment avantageux avec les partenaires financiers.

Bébés génétiquement modifiés : la Chine ouvre une enquête

Le Kenya est l’un des principaux bénéficiaires des 60 milliards de dollars annoncés par Beijing lors du dernier forum Chine-Afrique tenu à Johannesburg en 2015. Cependant, selon un spécialiste, « La qualité de cette dette s’est dégradée. Les délais de remboursement sont plus courts et plus chers ». C’est alors que le torchon a vraiment brûlé entre les deux états, et, la Directrice générale par intérim du Service des pêches du Kenya, Susan Imande , constatant que le Tilapia Oreochromis niloticus chinois coûtait 45% moins cher que le Tilapia local, décida dans une lettre du 24 octobre, d’en interdire l’importation.

« Comment pouvons-nous acheter du poisson en provenance de Chine? Même si le projet de loi de finances a déjà été adopté, vous pouvez sortir des sentiers battus et dire que le poisson est gâté lorsqu’il arrive au port d’entrée » autorisait le Président Kenyatta avant d’ajouter ; « Le gouvernement peut travailler de nombreuses façons pour que ses citoyens en bénéficient si nous tenons vraiment à les servir ».

La Chine d’abord menaçante a ensuite par l’intermédiaire de son ambassadeur Li Xuhang, déclaré ne pas vouloir d’ « une guerre commerciale » avec le Kenya. Appelant à l’adhésion aux pactes commerciaux entre les deux pays afin d’éviter des politiques commerciales injustes. « Je suis également désireux de voir comment nous pouvons commencer à réduire notre déficit commercial en augmentant les opportunités pour davantage de produits kényans, ainsi que pour accéder au marché chinois. » répondit Uhuru Kenyatta.

Un nouvel accord cadre donc qui devrait ouvrir le marché chinois à plus de 40% des produits frais du pays, y compris les avocats, les noix de cajou et les mangues.

Commentaires

Commentaires du site 0