L’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui ordonne au Bénin de surseoir à la sentence infligée à Sébastien Ajavon par la Criet a été notifié au gouvernement béninois il y a 72 heures. Pour l’instant, c’est le calme plat du côté du Palais de la Marina. Aucune voix officielle ne s’est prononcée sur cette actualité.

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a bien notifié sa décision au gouvernement béninois par le biais de ses avocats conseils. Cela a été fait depuis 72 heures par voie électronique informe RFI. Le gouvernement aurait pris acte selon la radio mondiale.

Mais pour l’instant aucune voix officielle provenant de l’exécutif, ne s’est prononcée sur cette affaire. Le ministre de la justice s’est mué dans un silence de cathédrale de même que les autres autorités concernées par cette affaire. Dans les rangs des avocats de l’Etat béninois on a laissé échapper un commentaire informe RFI.

Selon la radio mondiale, ces conseils de l’Etat pensent que l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples est une « incongruité juridique ». Il faut dire que l’exécutif à 15 jours pour répondre à la CADHP. Les avocats de l’Etat seraient en train de travailler sur les propositions à lui soumettre selon RFI

13 Commentaires

  1. Agadjavi le tordu de chez les tordus , si un seul état devrait se conformer aux arrets rendus par des cours qui ont reçu notre adhésion , dis à talon que se soit le benin , que se soit fait

  2. Patrice Talon et son équipe vont se soustraire aux injonctions de la Cour africaine des droits de l’homme. Tout leur comportement le signifie en amont. Car lorsqu’un dossier se trouve devant une juridiction internationale, on ne crée pas une Nouvelle juridiction nationale pour juger sur le même fait. Leur attitude des têtues se découvre ainsi à l’international à tel enseigne que plus tard la CPI ne trouvera pas à redire quand à tout ce qui leur adviendra.

  3. Peine perdue, j’allais écrire. Et de demander à Agadjavidjidji que le Bénin dispose de quelle force militaire ou économique pour se permettre de se soustraire à ses engagements internationaux ???

    Notre port et notre coton ne peuvent même pas nous nourir, nous sommes dépendant de investissement étranger, Patrice Talon a intérêt à se conformer rapidement à cette décision, en attendant de passer devant la haute cour de justice après les législatives que l’opposition renportera à coup sûr !!!

    • Et si on reposait ta question autrement. De quels moyens de coercition dispose cette obscure cour pour contraindre un État à se plier à ses arrêts et ils sont combien d’États à l’avoir fait jusque là.? Le coton béninois ne se vend pas au Caire encore moins au Cap. Tu prends trop sérieux ces machins de bureaucrates créés pour faire genre et qui sont réduire à faire la manche pour boucler leur budget de fonctionnement.

      • Mr Agadjavidjidji, être chef d’État n’est pas une affaire de voyou qui n’a pas conscience de ses responsabilités.

        On n’a pas besoin de faire le gendarme dernière celui qui a librement pris l’engagement d’assurer cette fonction.
        Le Bénin est un pays démocratique, il n’y a pas de raison que son président ne puisse pas respecter ses engagements internationaux.
        Si tel ne sera pas le cas, la constitution est claire à ce sujet. Je vous renvoie au serment du Président à sa prise de fonction.

        Moi je suis un légaliste.

  4. Non seulement la constitution en son article 147 consacre la supériorité des accords ratifiés sur nos lois internes, mais aussi et surtout, notre pays fait partie des 8 pays africains à accepter la compétence juridictionnelle de la CADHP au Bénin.

    Donc peine perdu, Patrice Talon n’a pas le choix, où c’est la haute cour de justice qui l’attend.

    • Haute Cour de Justice du juge Sonagnon n’est-ce pas? T’es comique toi. Je vais te faire une confidence tout de même: le droit international est un mythe. La vraie diplomatie se trouve au bout du fusil. Bon weekend et continue de nous gratifier de tes sketchs

  5. Nous jouons trop aux hypocrites dans ce pays.
    le Chef doit prendre ses responsabilités et éviter le pire à notre pays.
    Dans l’affaire des gilets jaunes en France, le PR français a finalement compris que les dits techno et conseillers sont des “rien à rien”. Bref , on veut toujours mentir au Chef pour maintenir son poste.
    A quand la vérité dans ce pays?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom