Aux Etats-Unis, une femme se présentant comme étant une immigrée illégale a révélé au New York Times travailler au compte du président américain Donald TrumpInterrogée par le New York Times, une femme se présentant comme immigrée clandestine travaillant au compte de Donald Trump a accepté de se livrer sur son quotidien. Arrivée sur le sol américain en 1999, cette dernière officie du côté du club de golf du président américain, à Bedminster.

Travaillant pour 13 dollars de l’heure, Victorina Morales assure ainsi faire régulièrement le ménage dans la villa que possède le président Trump au sein de ce complexe sportif/hôtelier. 

Selon elle, elle a toutefois été recrutée en connaissance de cause puisque sa supérieure a été mise au courant que les papiers dont elle disposait étaient faux. Cela ne l’a toutefois pas empêché de décrocher son poste. D’ailleurs, de nombreux autres employés auraient été et sont toujours dans la même situation.

Un président poli aux idées qui ne passent pas

Le plus difficile ? Selon cette immigrée guatémaltèque, les abus, les insultes à répétition et la manière dont le président traite et parle des clandestins alors que ces derniers l’aident à gagner de l’argent dans son complexe. Toutefois, ce dernier sait se montrer « poli », et même « généreux en pourboire ». 

Consciente des répercussions que peuvent avoir ces déclarations, Victorina Morales a assuré s’attendre à se faire renvoyer, et ce, dès la publication de l’article, d’autant plus que la Trump Organization s’est montrée très ferme, « si un employé a produit de faux documents pour contourner la loi, il sera immédiatement licencié ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire