A Aplahoué les conseillers frondeurs ont encore fait parler d’eux hier vendredi en boycottant la deuxième session extraordinaire consacrée au vote d’autorisation du douzième provisoire budgétaire de la commune.

Pour une deuxième fois, les 14 conseillers frondeurs d’Aplahoué ont bloqué le vote d’autorisation du douzième provisoire budgétaire de la commune. Ils ont brillé par leur absence à la deuxième session extraordinaire consacrée à cet effet hier vendredi. Résultat des courses, il n’y avait que 10 conseillers présents à cette réunion sur les 24 que compte la commune. Il s’est donc posé un problème de quorum non atteint. Le maire intérimaire Sylvain Dahoué a reporté la session à une date ultérieure promettant de rendre compte au préfet du Couffo Christophe Mègbédji.

Ont-ils bafoué l’autorité du préfet? 

En effet l’autorité préfectorale avait envoyé une correspondance au conseil communal le sommant d’organiser une deuxième session extraordinaire pour voter le douzième provisoire budgétaire de la commune. En boycottant cette réunion, les conseillers frondeurs semblent avoir bafoué l’autorité de Christophe Mègbèdji. Le vote du douzième provisoire budgétaire devait permettre à la commune d’engager des recettes et des dépenses dans les trois prochains mois en attendant le vote de son budget primitif pour 2019.  Au cours de la première session qui s’est tenue le 14 janvier dernier, les conseillers frondeurs avaient voté contre ce douzième provisoire budgétaire.

1 COMMENTAIRE

  1. Ces préfets de Talon , Toboula, Mededji et cues,n’ont rien compris à la loi sur la decentralisation!
    Les conseils communaux ne sont pas sous leur autorité hiérarchique de bureaucrates sans légitimité électorale et souvent sans compétence administrative avérée.
    Les conseils communaux élus n’ont pas d’ordre à recevoir de bureaucrates…
    Les préfets peuvent ester au tribunal administratif pour obtenir des injonctions mais ils n’ont aucun droit sur les CCA
    Mais avec Talon la justice et le droit marchent sur la tete

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom