L’Histoire retiendra que durant la 11ème législature, sous le magistère de l’ancien président de la République Me Wade, le député d’alors Famara Sarr avait boxé Me Elhadj Diouf, parlementaire comme lui à l’époque.

Durant celle-ci, comme celle qui l’a suivie, les insultes ont parfois fusé entre députés de la mouvance présidentielle et ceux de l’opposition.

Sous la présente, les maux sont allés crescendo, puisque en cette année qui finit les députés s’étaient donnés en spectacle dans une bataille rangée entre des députés du groupe parlementaire majoritaire et d’autres de l’opposition. Le Rubicon a été ainsi franchi.

Des insultes et chahuts

Les insultes et chahuts continuent aussi d’ulcérer les Sénégalais à l’Assemblée nationale. Est-ce parce que son Président Moustapha Niasse, qui en est à son deuxième mandat, s’est singularisé dans l’histoire du pays par des mots salaces prononcés publiquement ?

En tout cas, l’absentéisme, qu’il avait promis de combattre, continue dans l’Hémicycle. De même, sa gestion du budget de la deuxième institution du Sénégal est jugée comme étant très opaque. Comme quoi les ruptures attendues et prônées  par l’actuelle législature tardent toujours. Espérons que la nouvelle année sonnera l’avènement des « députés du peuple », qui sont jusque-là ceux de leurs formations politiques.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire