LNT vous le disait, le mouvement des Gilets jaunes en ce 8e jour de mobilisation s’est manifesté par des violences un peu partout en France. A Paris, un ministre a même fait les frais de la colère des gilets jaunes.

Ce samedi, les locaux du ministère des Relations avec le Parlement, au 101 rue de Grenelle à Paris ont été la cible de gilets jaunes en colère. Présent sur les lieux, le ministre Benjamin Griveaux a dû être évacué d’urgence avec certains collaborateurs. Les gilets jaunes ont défoncé la porte du ministère à l’aide d’un engin de chantier qu’ils ont récupéré sur les lieux.

Loading...

J’étais cet après-midi à mon ministère lorsque des gilets jaunes ont défoncé le portail et la grille avec un engin de chantier trouvé dans la rue, ils ont également brisé quelques vitres et les voitures du ministère sont inutilisables (…) Nous ne céderons rien aux violents et à ceux qui appellent à renverser le gouvernement.” a déclaré le ministre.

Mais la question que l’on peut se poser est pourquoi avoir choisi ce ministère? Peut-être à cause des récentes déclarations de M. Griveaux, qui affirmait que le président ne renonçait pas aux réformes et que le gouvernement irait plus loin dans les prochaines semaines et de manière radicale. Cette déclaration serait-elle à la base de cette attaque surprise des gilets jaunes? Seule une enquête permettra d’établir un lien de cause à effet.

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. N’importe quoi … Les manifestants se sont retrouvés par hasard devant le ministère. Enfin pour être plus précis les flics les poursuivaient dans les rues et à force de jeux de chat et de la souris ils se sont retrouvés devant ce ministère.Si seulement les crs pouvaient être un peu plus malin … Personne ne savaient que c’était le bureau de Griveau.Bien que ça nous a tous fais plaisir ! De la part d’un fumeur de clopes 🙂 quant à vous allez un peu sur le terrain, parler aux gens et faites vous gazer pour rien et vous comprendrez ce genre de comportement

  2. Monsieur le ministre la France ne vous appartient pas et les institutions non plus,la France appartient à sont peuple et le peuple est en colère mais vous qu’i êtes en haut vous ne voyais rien.

  3. Il aurait été dit : « Ce n’est pas moi qui suis visé, c’est la République », par « ceux qui souhaitent l’insurrection, renverser le gouvernement », mais « la République tient debout » mais moi, franchement, je vous le dis comme je le pense, un gouvernement que l’on n’a même pas jugé utile de remanier, ne serait-ce qu’un peu, après des semaines de « troubles », c’est sans doute une chose que l’on ne verra nulle part ailleurs qu’en France. Mais attention, à force de s’obstiner à ne rien vouloir faire, il se pourrait bien que l’on arrive un jour à une situation où l’on sera obligé, non seulement de changer le gouvernement mais de dissoudre l’assemblée et aussi, pourquoi pas, et ce serait selon moi le pire scénario, d’être obligé d’entendre un triste discours de démission du locataire de l’Élysée.

    • Non..!!! cher monsieur..

      La france,la république,et ses institutions…sont très solides…comme une pyramide..

      Voyez vous…moi je les envie…les frenshies mangeurs de grenouilles..

      Il a fallu…juste…un manitou de chantier..pour aller déloger…un ministre….qui a eu son salut..par une exfiltration

      Si à cet instant précis…on avait vérifié..le caleçon de ce petit ministre…on aurait surement..vu qu’il a du laisser des traces..

      On attend…quand..pour aller faire pareil…?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom