Cette semaine Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne s’est rendu dans son village natal où il a échangé avec les populations.A Lafopko, Guillaume Soro se sentait comme un poisson dans l’eau. Il a échangé avec passion avec la population et il n’a occulté aucun sujet. Il s’est longuement attardé sur la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire qui est assez tendu à l’orée des élections présidentielles. Au sein de la classe politique ivoirienne, Soro est considéré comme un électron libre. Le pouvoir en place lui reproche des accointances avec certaines personnalités politiques.

Loading...

“Je peux aller voir qui je veux en Côte d’Ivoire”

Sa relative proximité avec le président du PDCI-RDA Henri Konan Bédié ne plaît pas beaucoup au régime en place si on s’en tient à ce qu’il a laissé entendre au cours de son intervention. Guillaume Soro s’est aussi insurgé contre les pressions qu’il dit subir par le pouvoir actuel. En effet, le président du parlement ivoirien a dénoncé la traque contre lui et ses proches font l’objet. ” En 2018, quand tu me salues et qu’on dit que tu as salué Guillaume Soro, si quelqu’un a pris photo, on te renvoi de ton travail. Tous les collaborateurs ont été renvoyés.” Soro a notamment évoqué le cas Soultosoul.

Concernant sa proximité avec Henri Konan Bédié, Guillaume Soro a tenu à mettre les choses au clair et il n’y est pas allé par quatre chemins. Il a indiqué qu’il n’est la propriété de personne et qu’il est libre de fréquenter qui il veut. ” J’entends les gens dire Guillaume veut prendre le pouvoir pour aller le donner à Bédié. Je vais aller saluer Bédié matin, midi soir si je veux. Je ne suis pas la propriété de quelqu’un. Je peux aller voir qui je veux en Côte d’Ivoire.” dira en substance le chef de l’hémicycle

Voir les commentaires

4 Commentaires

  1. Le linge sale se lave en famille.Ivoiriens de l’extérieur et de l’intérieur tous avec la même voie dirent non a la violence de nouveau car la côte d’Ivoire est fatiguée !

Répondre à Joel Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom