En Afrique du Sud, Jacob Zuma a confirmé vouloir se lancer dans le monde de la chanson. Problème ? Cela ne plaît visiblement pas à tout le monde.L’ancien président sud-africain, Jacob Zuma a décidé d’entamer sa reconversion. En effet, l’homme qui a été contraint de quitter le pouvoir en 2018 à la suite de divers scandales, notamment liés à la corruption, a récemment confirmé vouloir se lancer… Dans la chanson. Plus dingue encore, il envisage d’enregistrer un premier album.

Zuma, la polémique entourant son album, enfle

Septuagénaire, Zuma le confirme bien malgré lui, il n’y a pas d’âge pour poursuivre ses rêves. Résultat, celui qui chante de temps à autre à l’occasion de meetings politiques, se lançant même parfois un petit pas de danse, a décidé d’enregistrer à partir du mois d’avril prochain un premier opus portant sur des chansons entonnées à l’occasion de la lutte contre l’apartheid. Cet album pourrait d’ailleurs comprendre le titre phare “Umshini Wami” (Apporte-moi ma mitrailleuse), qu’il adore chanter lors des congrès de l’ANC.

Ces chansons, ont joué un rôle très important lors de la lutte de la communauté noire contre l’apartheid. En effet, celles-ci rassemblaient et donnaient énormément de courage à ceux qui luttaient pour une plus juste égalité entre les hommes. En 1994, le combat fut d’ailleurs remporté, mais les chansons elles, sont restées et sont encore régulièrement scandées lors de meetings politiques. Cet album lui, sera entièrement financé par la municipalité d’Ethekwini, qui comprend notamment la ville de Durban.

Zuma ne devrait toucher aucune rémunération

C’est d’ailleurs ce qui semble poser problème. En effet, selon l’opposition, l’enregistrement d’un tel album n’a absolument rien de bon, celui-ci étant financé par de l’argent public. Selon Nicole Graham, conseillère de l’Alliance démocratique (DA), les partisans de Zuma font encore tout ce qu’ils peuvent afin de lui offrir une tribune. Toujours selon ses dires, la DA devrait se battre afin que l’argent du contribuable ne soit pas dépensé inutilement. De son côté, Thembinkosi Ngcobo, responsable du pôle culture au sein d’Ethekwini, a assuré que Zuma n’allait pas être payé pour ce projet et ne recevrait aucune compensation sur les ventes de ce dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom