Le président rwandais était attendu ce lundi avec une ”haute délégation’’ de personnalités de L’Union africaine afin de discuter des tensions post-électorales relatives aux contestations des résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale congolaise le 06 Janvier dernier.

La délégation aurait eu selon un communiqué délivré par l’institution, à discuter « avec tous les acteurs congolais, en vue de parvenir à un consensus sur le moyen de sortir de la crise post-électorale dans le pays ». Une mission avortée. L’Union Africaine selon la presse internationale, n’aurait encore délivré aucune raison officielle à cet avortement.

Une ingérence sous-régionale tuée dans l’œuf

Cependant, de l’avis des observateurs, la décision de l’Union africaine de surseoir à la mission, trouverait son fondement dans la hâte de la proclamation des résultats définitifs par la Cour Constitutionnelle ce dimanche, veille de l’arrivée de la délégation, alors que l’UA lui aurait prié de bien vouloir différer cette annonce le temps pour elle de mener à leurs termes les consultations envisagées. Une requête que la Cour Constitutionnelle aurait balayé d’un revers de main comme elle l’a fait pour le recours en invalidité déposé par le principal contestataire des élections, Martin Fayulu. La Cour ayant statué, L’Union n’aurait plus jugé pertinente son intervention.

En outre, l’avortement de la mission de l’Union africaine, aurait été plutôt bien accueilli par la population selon le média Allemand Deutchewelle, à cause de la réputation de « dictateur » qu’aurait auprès des congolais, le président rwandais, Paul Kagamé.

La confirmation des résultats provisoires par la Cour Constitutionnelle aurait suscité des réactions inattendues de la part de certains chefs d’États africains dont celle de Cyril Ramaphosa, président sud-africain, qui stipulait ; « Maintenant que la plus haute cour du pays a statué, tout le peuple congolais et toutes les parties prenantes sont instamment priés d’accepter les résultats de la Cour et d’aller de l’avant pour consolider la démocratie et préserver la paix, la stabilité et la sécurité ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire