Après l’annonce du président Trump relative au retrait des troupes américaines de la Syrie, son administration évoque certaines conditions avant l’effectivité de cette décision. Entre autre condition Washington mentionne la sécurité de leurs alliés kurdes.Volte-face ou stratégie pour sauver les meubles ? Dans tous les cas, le retrait des troupes américaines de la Syrie ne sera plus aussi brusque que laissait présager l’annonce de Donald Trump sur son compte Twitter. Son administration a en effet, indiqué des étapes nécessaires à franchir avant l’effectivité de cette décision du président Américain qui a suscité bien des réactions tant dans son entourage que dans le monde.

Au nombre de ces conditions figure en bonne place selon le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, la sécurité de leurs alliés kurdes. Pour lui, la date du retrait dépend de la mise en place de ces conditions. « Il existe des objectifs que nous souhaitons accomplir et qui sont une condition à ce retrait » a indiqué M. Bolton. « Une fois que ce sera fait, nous pourrons parler d’un calendrier » a précisé le conseiller qui a annoncé déjà une visite en Turquie.

Menace de Recep Tayyip Erdoğan sur les Kurdes

Depuis l’annonce du président Trump relative au retrait de ses troupes de la Syrie, le président de la Turquie Recep Tayyip Erdoğan n’a cessé d’afficher des menaces à l’endroit des Kurdes. Ces Kurdes qui combattaient aux côtés des troupes américaines étaient les premières victimes de cette décision de Trump. Aussi le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump affirme-t-il que « Les Turcs ne devront pas entreprendre d’action militaire qui ne soit pas pleinement acceptée et coordonnée avec les Etats-Unis, au minimum pour éviter de mettre en danger nos troupes, mais aussi pour répondre à l’exigence du président (Trump) de ne pas mettre en danger les forces d’opposition syriennes qui ont combattu avec nous ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire