En Syrie, l’agence officielle Sana a confirmé que les boucliers anti-aériens d’origines russes, ont permis d’arrêter de nombreux missiles tirés par Israël.En Syrie, la situation semble être de plus en plus tendue. En effet, alors que les Américains ont annoncé leur retrait, les forces engagées elles, continuent de lutter afin de préserver leurs intérêts respectifs, avec d’un côté la coalition regroupant la Syrie, la Russie et l’Iran et de l’autre, l’Occident ainsi qu’Israël qui semble de plus en plus esseulé.

Loading...

Téhéran, dans le viseur d’Israël

L’influence grandissante de Téhéran dans la région du Moyen-Orient semble en effet inquiéter le gouvernement israélien qui considère l’Iran comme son ennemi numéro. Le départ américain semble d’ailleurs avoir renforcé la République islamique puisque celle-ci devient de faire l’un des acteurs majeurs dans la région. De quoi inquiéter Israël, qui a d’ailleurs décidé de passer à l’offensive. En effet, depuis plusieurs semaines, l’État hébreu bombarde des cibles iraniennes, mais également du mouvement libanais du Hezbollah, fervent défenseur de Téhéran.

Aucune victime dans cette attaque

Vendredi soir, l’agence officielle Sana a d’ailleurs confirmé qu’Israël avait procédé à de nouveaux tirs de missiles. Si personne ne semble avoir été touché dans cette attaque, un entrepôt de l’aéroport international de Damas a toutefois été détruit. En effet, si la défense anti-aérienne mise en place a intercepté la plupart des missiles tirés, quelques-uns ont réussi à trouver leur cible. Le ministère des Transports assure toutefois que l’activité de l’aéroport reste normale puisque celui-ci n’a pas été impacté par cette agression.

Une information confirmée par l’Observatoire syrien des droits de l’homme, l’OSDH, qui via un communiqué de presse a ajouté que ce sont deux secteurs abritant des positions iraniennes et libanaises qui ont été pris pour cible. Selon ces informations, ces cibles se situaient dans “le secteur de Kesswa et dans l’enceinte de l’aéroport international de Damas“. Une région déjà attaquée par les forces israéliennes le 25 décembre dernier.

Voir les commentaires

4 Commentaires

  1. La Syrie est guerre et ne peut se permettre d’ajouter un nouvel ennemi sur ceux qu’elle a déjà. Quand le pays tout entier sera reunifié, là,on pourra se poser des questions si ces bombardements sans ripostes continuent.

  2. Par Ce que la Syrie ne veut pas engendrer la violence par la violence pour le moment et elle sait qu’elle a déjà remporter la guerre .

Répondre à yahya Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom