Félix Tshisekedi a été définitivement proclamé 5è Président de la RDC par la cour constitutionnelle

C’est fait. Félix Tshisekedi, a été confirmé par la cour constitutionnelle 5è Président de la République Démocratique du Congo (RDC) sans grande surprise. Alors que l’Union Africaine avait annoncé l’envoi d’une délégation de l’institution panafricaine(à lire ici) pour entreprendre des consultations, la cour constitutionnelle a confirmé hier nuit, l’élection de Félix Tshisekedi à la tête du pays, rejetant les recours des opposants.

L’institution panafricaine avait cette semaine émis des doutes sur les résultats proclamés par la Ceni et avait décidé de se pencher sur la situation en discutant dès la semaine prochaine avec les différents camps.

Une délégation dans laquelle figure le Président Kagame et Moussa Faki était annoncée pour demain lundi.

Succession de coups de force

C’est la première transition sans coup de force dans le pays depuis l’indépendance en 1960. En effet, après l’élection de Joseph Kasa-Vubu, premier président après l’indépendance, le pays a connu une succession de coup d’état jusqu’à l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, père de Joseph Kabila. Joseph Kasa-Vubua été renversé par le maréchal Mobutu le 24 novembre 1965 qui a son tour a été poussé vers la sortie par Laurent-Désiré Kabila, le 17 mai 1997 qui sera assassiné en 2001. Joseph Kabila, son fils a pris le pouvoir le 26 Janvier 2001 après l’assassinat de son père.

Rejet des recours

Deux recours contre les élections de Décembre 2018 ont été analysés par la cour constitutionnelle. Concernant le recours de la plateforme qui soutien le candidat malheureux Martin Fayulu, la cour s’est opposé au recomptage des voix et a estimé que “c’était une demande extraordinaire“. En outre, la cour a estimé sans objet, la demande d’audition des missions d’observation électorale.

Au sujet de la requête de l’opposant Théodore Ngoyi qui exigeait l’annulation de l’élection, la cour a tout simplement rejetée cette requête pour double emploi et défaut d’intérêt. Felix Tshisekedi est donc confirmé pour diriger le pays pour un mandat de 05 ans. Il devrait prêter serment le 22 Janvier prochain selon le calendrier électoral.

4 Commentaires

  1. Sur la base de quel instrument juridique, l’UA demandait à la cour de la RDC de surseoir à la proclamation des résultats ????

    Nous manquons toujours d’organisation et de sérieux en Afrique.

    L’improvisation ne conduit à aucun résultat sérieux.
    Qu’il y ait fraude ou pas. Je crois que nous devons faire le constat d’une mauvaise organisation de l’UA.

    Sur la base de quoi doit on à présent contester la décision de la cour d’un État souverain ???

    Personne n’a contesté celle du Cameroun,du Gabon et souvent du Togo qui manifestement porte les germes de fraude.

    Nous risquons d’accepter tout ce qui se passe en RDC, car il n’y a aucune raison juridique de contester. Surtout dans un pays peu stable comme celui là. Mieux vaut préserver la paix que de vouloir soutenir une position contraire à la légalité.

    • Nos propres organisations africaines en charge de la défense des intérêts africains face à l’occident se fait tristement être dans un rôle de vassal de l’oppresseur.

      Que dit l’UA des déclarations de Luigi Di MAIO ? Rien ? Pas de commentaires ? Silence radio ?
      Comment l’UA avait-il pu oser s’immiscer dans une élection présidentielle pacifiquement déroulée sous la bannière d’institutions internes chargées de la police du scrutin ? Donc l’UA encourage le désordre contre les institutions de nos pays lorsque l’occident n’est pas d’accord.

      Que viennent chercher les occidentaux dans une élection africaine libre où le vainqueur n’est pas celui qui est sortant (critiqué à tort ou à raison comme un non démocrate) ? Un opposant au pouvoir en place gagne et l’UA trouve opportun d’aller semer le désordre dans un pays où il existe des institutions en charge du scrutin, pendant qu’un européen est entrain de faire le travail de l’UA à sa place ! Quelle honnête !
      C’est simplement triste. Mais aussi certain qu’après la nuit il y aura le jour, une aurore de libération authentique pour le continent.

  2. Que cela soit toujours ainsi désormais en Afrique. Que cette union africaine au solde de l’union européenne et le minstre des affaires étrangères francais cessent de se mêler des affaires intérieures des Pays africains. Depuis quand l’église catholique et la France proclament le résultat des élections dans un Pays africain?

    • Pour une fois je souscris à 100% à votre point de vue sur la situation qui prévaut en RDC. Et puis avec toute l’admiration qu’il peut pouvoir inspirer pour avoir fait d’un champ de ruine un pays respecté, Kagamé est très peu qualifié pour donner de transparence électorale. Ses élections à lui se déroulent souvent en vase clos sans quelque possibilité de contestation. Il n’a qu’à aller se faire voir avec sa soit-disante Union Africaine et coller la paix aux Congolais

Répondre à sonagnon Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom