L’ancien homme fort de la Côte d’ivoire incarcéré depuis 2011 à la Haye pour crime contre l’humanité, a été acquitté le 15 janvier passé et serait sorti de prison vendredi dernier. Seulement des clauses probatoires à sa libération voudrait qu’il soit accueilli dans un état où il pourrait se mettre immédiatement à disposition de la justice au cas où cas jugement serait contesté en appel.

De sources journalistiques, La Belgique aurait accepté recevoir l’ancien prisonnier eut égard surtout à la présence déjà sur son sol de parents proches ; une épouse  Nady Bamba et un fils.

Des questions de logistiques

Cependant, Laurent Gbagbo serait encore à la date d’aujourd’hui en terre hollandaise, parce que selon la presse internationale des questions subsisteraient quant aux conditions de sa résidence sur le territoire belge ; « il s’agit d’un accord de principe, les conditions font l’objet de négociations entre le greffe de la cour et les autorités belges » expliquait Karl Lagatie, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Des questions logistiques qui retarderaient donc le départ de La Haye du président. Cependant selon des observateurs, que le délai dans l’accueil de la Belgique pour se trouver dans le fait que l’accord entre la Belgique et les Pays-Bas stipulait que « le pays hôte » fut « en mesure de respecter les droits et obligations des prévenus » , hors une plainte pour le même chef d’accusation serait pendante à, Bruxelles contre l’ancien président ivoirien.

Un casse-tête juridique et juridictionnel, pour les autorités belges qui pourront être appelés à choisir entre la priorité à accorder au Statut de Rome ou à sa propre juridiction. Une chose serait certaine ; Laurent Gbagbo en Belgique serait, interdit de voyages hors circonscription dans laquelle il aurait été établi ainsi que de déclaration publique.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire