La Ministre de l'enseignement supérieur béninois

Des enseignants du supérieur officiant à l’université d’Abomey-Calavi pourraient être très prochainement sanctionnés par leur ministre de tutelle. Cette dernière a, à travers une correspondance adressée au recteur de cette université, demandé à avoir le point des présences au cours spécialement de journée du jeudi 31 janvier 2019 où certains de ces enseignants étaient en sit-in.

Une note signée pour le ministre de l’enseignement supérieur par son directeur de cabinet, Bienvenu Koudjo, prédit une probable future sanction à l’égard des enseignants du supérieur qui s’absentent aux cours. Mais tout particulièrement contre ceux qui ne se sont pas présentés dans leurs amphithéâtres dans la matinée du jeudi 31 janvier 2019 pour délivrer les cours aux étudiants.

Point des cours non déroulés

Dans cette correspondance datée du 06 février 2019, ce dernier a, en effet, sommé le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) de lui envoyer le point de certains cours non déroulés récemment ainsi que les noms et prénoms des enseignants devant dispenser ces cours. L’accent a été surtout mis sur les ‘’cours non déroulés le jeudi 31 janvier 2019 entre 9 heures et 12 heures.’’

Un état de chose qui porte à croire que cette injonction visant à connaître ces professeurs qui n’ont pas tenu leurs cours s’adresse indirectement aux professeurs de cette université qui au cours de la période sus indiquée s’étaient rendus au siège de leur ministère de tutelle pour protester contre la décision du gouvernement de surseoir à l’élection des responsables de cette université et contre la récente nomination de ces derniers au conseil des ministres.Le point de ces absences au cours est exigé au cabinet du ministère pour au plus tard ce lundi 11 février 2019.

Voir les commentaires

13 Commentaires

  1. La biche retournera à la rivière tôt ou tard. Il faut qu’elle lève le statut quo sur les 150 000 FCFA payés pour les inscriptions à l’UAC et procède au renboursement

  2. Et vous appelez cela pays de libertés et de droit de manifester son mécontentement? je comprends pourquoi Talon refuse de prendre part désormais à certaines rencontres régionales et internationales. Ses pairs le connaissent de plus en plus.

  3. Tant à l’eau s’en va que la cruche finit par ce briser . talon fais-toi tien cet adage , ton pouvoir dictatorial , sans concertation aucune , sans consensus , finira par se briser , et les béninois ne te laisseront le temps de fuir dans une malle arrière de Peugeot 504 . est ce ton complexe de n’avoir pas dépassé le DEUG , qui te rend aussi aigris , méchant et bête ? Pauvre de toi

  4. Comme quoi, on ne peut plus exprimer son opposition aux décisions du gouvernement. ET dire que ces gens affirment qu’ils veulent renforcer la démocratie! Quelle misérable gouvernance!

    • La dialectique..des choses…ce sont des paramètres..apparemment banals et triviaux…qui se mettent en place..dans un algorithme..insidieux…

      Disons…cette alchimie divine…..

      Dis je….qui font boum…subitement..

      Ceux qui qui se croient les plus..malins ,les plus rusés et enragés….en prendront..pour leur compte

      C’est événement certain…!!!

Répondre à Bellidel Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom