La décision du ministère de l’intérieur de sécuriser les différents candidats pour la campagne présidentielle de 2019, avec notamment des gendarmes et policiers mis à leur disposition, ne fait toujours pas, l’unanimité. Ousmane Sonko a éconduit les hommes de Aly Ngouille Ndiaye (Ministre de l’Intérieur). Après sa décision, Ousmane Sonko s’en est expliqué par ces mots : «…je ne vais jamais laissé ma sécurité aux mains de Macky Sall et de son ministre de l’intérieur».


«… nous n’avons jamais attaqué qui que ce soit »

Le leader du pastef indique qu’il va continuer comme il a démarré avant de renchérir: «Si ces déclarations préparent l’opinion à un coup fourré pour aller créer un guet-apens quelque part et après dire que les éléments ont agi de telle sorte, je tiens à témoigner que nous n’avons jamais attaqué qui que ce soit ». Contrairement aux autres prétendants au fauteuil présidentiel, Ousmane Sonko a opposé une fin de non-recevoir à la notification d’Aly Ngouille Ndiaye. Comme pour dire qu’il refuse la méthode du « médecin après la mort ».

Sonko compte terminer sa campagne sereinement

Le «patriote» n’a pas toutefois manqué de se prononcer sur la commission d’enquête et d’indiquer: : « C’est de l’enfantillage ! » . Il ne faut pas compter sur Ousmane Sonko, principal concerné sur l’affaire dite des 94 milliards du nom du dossier du titre foncier 1451/R, pour donner un quelconque crédit sur la commission d’enquête parlementaire mise en place ce  15 février. En attendant que la commission puisse déposer un rapport dans un délai de 6 mois, le leader de la coalition « Sonko Président» en caravane  leur laisse, dit-il, avec le peuple sénégalais.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom