Faute d’accord avec les Démocrates concernant le vote du budget 2019, la construction du mur tant désiré par Donald Trump à la frontière américano-mexicaine passera par l’état d’urgence. Dans les faits, l’annonce de « l’urgence nationale », permet au président de se passer de l’accord du Congrès afin de mener à bien son projet. Une décision inacceptable pour 16 États américains qui ont annoncé leur intention de porter cette affaire en justice.

Loading...

Une plainte a d’ailleurs été déposée, plainte stipulant que la crise constitutionnelle actuellement vécue par les États-Unis est dûe au président lui-même. Plus loin, les représentants de ces 16 États (New York, Californie, Colorado, Connecticut, Delaware, Hawaï, Illinois, Maine, Maryland, Michigan, Minnesota, Nevada, New Jersey, Nouveau-Mexique, Oregon et Virginie) assurent que cette déclaration d’urgence est en totale contradiction avec deux dispositions de la constitution américaine, la première définissant les procédures législatives, la seconde donnant au Congrès – actuellement géré par les Démocrates – le dernier mot en matière de financement public. Enfin, afin de mettre toutes les chances de leur côté, les plaignants ont également invoqué l’impact écologique désastreux que pourrait avoir la construction d’un tel mur, notamment en Californie et au Nouveau-Mexique.

Le Congrès ouvre une enquête parlementaire

De son côté, le Congrès n’entend pas laisser Donald Trump dérouler son plan et a confirmé l’ouverture immédiate d’une enquête parlementaire. Les récentes déclarations du président Trump pourraient d’ailleurs jouer contre lui, au moins de manière temporaire, lui qui a confirmé qu’il souhaitait simplement que la construction de son mur se fasse au plus vite. « Je pourrais faire le mur en plus longtemps (…) Je n’avais pas besoin de faire cela, mais je préfère que cela aille vite ». Une sortie reprise par le procureur général de Californie, Xavier Becerra, qui a estimé que cela prouvait bien qu’il n’y avait à ce stade, aucun caractère d’urgence.

La Cour Suprême incite Trump à l’optimisme

La justice va donc rapidement se saisir du dossier. Cependant, Donald Trump est un homme de ressource. Selon lui, la bataille pourrait ainsi mener tout le monde face aux juges de la Cour Suprême, dont la majorité a été nommé par un président Républicain. Un fait dont il est parfaitement informé et qui l’incite à l’optimisme. En effet, selon ses dires, la possibilité de voir la justice se prononcer en sa défaveur à deux reprises est réelle.

Toutefois, la suite pourrait lui être définitivement favorable, « nous finirons devant la Cour suprême où nous avons bon espoir d’avoir une décision équitable, et nous allons gagner devant la Cour suprême ». Avec les 1,4 milliard de dollars accordés par la Congrès, le président Trump bénéficierait d’une enveloppe totale, estimée à 8 milliards de dollars.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom