Dimanche 17 février dernier, Nicolas Maduro a décidé de renvoyer une délégation composée de cinq députés européens du Venezuela, délégation invitée par Juan Guaido, opposant au régime chaviste et autoproclamé président par intérim. Une décision qui ravive les tensions entre le clan Maduro d’une part et l’occident d’autre part qui soutient de manière quasi-unanime Guaido.

Présent sur place, Esteban Gonzales Pons, diplomate espagnol, a filmé la scène. Assurant qu’il venait de se faire confisquer son  passeport, ce dernier continue en ajoutant n’avoir reçu aucune notification officielle concernant cette expulsion. Dans ce contingent, se trouvaient également la Néerlandaise Esther de Lange, le Portugais Paulo Rangel, ainsi que les Espagnols José Ignacio Salafranca et Gabriel Mato. Tous, sont membres du PPE, le Parti Populaire Européen.

Le Venezuela assure avoir respecté les règles diplomatiques

De son côté, le ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a expliqué via son compte Twitter que cette délégation d’eurodéputés a été mise au courant, par « voies officielles diplomatiques » qu’elle ne serait pas autorisée à entrer dans le pays. La raison ? Ces derniers seraient venus à des fins conspiratrices, comme l’a confirmé Arreaza. De fait, il leur a été demandé de ne pas se rendre sur place afin d’éviter toute provocation.

Une demande refusée par ces élus qui ont ainsi décidé de braver le danger. Mal leur en a pris puisque très vite, ils seront interceptés par les forces de l’ordre. Une situation qui a provoqué la colère d’Esteban Gonzales Pons, qui a également regretté le fait que Juan Guaido, le président par intérim, n’ait pas l’occasion de recevoir une autorité étrangère afin d’échanger sur la situation de son pays.

1 COMMENTAIRE

  1. Et après ! Attendons que Pence dépoussière un bureau à coté du sien à Washiton pour son Guaido et l’espèce de ces députés européens peuvent lui rendre visite sans limite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom