Idrissa Seck a tenu hier un point de presse qui s’est résumé à une “déclaration au peuple sénégalais” pour parler de trois points majeurs. Arrivé deuxième avec un peu plus de 20% des voix à l’issue de la dernière élection présidentielle, Idrissa Seck est revenu sur les résultats de ce scrutin, les difficultés rencontrées pendant et après les élections et les principales lignes de conduite de l’ensemble des membre de la coalition “idy 2019”.

“Une confiscation de la volonté populaire”

C’est dans une déclaration de 30 minutes que Idrissa Seck s’est adressé hier à la presse pour un bilan post électoral. Accompagné de plusieurs membres de sa coalition eux mêmes chefs de partis politiques, Idrissa Seck s’est exprimé en français et en langue nationale. Il a tenu d’abord à remercier le peuple sénégalais pour la confiance et s’indigner contre la “confiscation de la volonté populaire“. Lui et les membres de sa coalition réfutent les résultats et parlent encore d’un deuxième tour qui aurait vu s’opposer deux anciens membres du parti politique de Abdoulaye Wade.

Libération “sans condition et sans délai”

Il exigera dans son discours la mise en liberté “sans condition et sans délai” des partisans arrêtés dans des manifestations après la proclamation des résultats. Ces personnes arrêtées sont essentiellement des femmes et des jeunes qui ont été victimes “d’agression et d’intimidation” selon l’opposant. Idrissa Seck a également exprimé “sa pensée pour un grand absent de la coaltion” à savoir l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, dont il exige aussi la libération immédiate et sans condition. Son discours est enfin marqué par un appel pour la lutte pour le maintien de la démocratie. C’est dans ce sens qu’il annonce la publication prochaine d’un rapport avec toutes les preuves de fraudes commises lors du scrutin du 24 février dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire