Béninoises, béninois,
Chers compatriotes,
La crise électorale ouverte depuis le 1er février 2019 par l’introduction frauduleuse du certificat de conformité dont le dessin est d’exclure les partis de l’opposition des élections d’une part et d’autre part de repêcher les partis du chef de l’Etat qui jusque-là n’existaient dans aucun registre de l’Etat continue de défrayer la chronique

Très tôt, le 19 février 2019, l’opposition dans une lettre adressée au chef de l’Etat lui proposait de convoquer la classe politique pour une recherche consensuelle de sortie de crise ; malheureusement le chef de l’Etat n’a pas cru devoir écouter les cris d’alarme de l’opposition et a choisi la voie de l’enfermement et du pourrissement de la situation.
Le 06 mars 2019 le Chef de l’état a donné l’impression de revenir sur la proposition de l’opposition faite depuis le 18 février 2019 en confiant la recherche de ce consensus au Président de l’Assemblée nationale.

L’opposition tout en dénonçant le caractère biaisé de la démarche du chef de l’Etat a jusque-là continué de prendre part aux discussions tout en rappelant ses préalables et la démarche qui convient en pareilles circonstances conformément au protocole additionnel de la CEDEAO sur la bonne gouvernance et autres textes dont le Bénin est signataire.
Mais curieusement depuis quelques heures, circule sur les réseaux sociaux un document faisant état d’un consensus retrouvé avec la classe politique et qui projette même la révision de notre Constitution. Ce document qui serait le fruit des réflexions d’un groupe de travail dont les travaux sont en cours ne constitue pas un consensus retrouvé avec la classe politique et témoigne par la même occasion du manque de sincérité des auteurs et commanditaires de telles manipulations

Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat ce lundi 17 mars, l’opposition a rappelé au chef de l’Etat en quoi devrait consister la recherche du consensus qu’il nous plait de repréciser ici :
Concertation de l’ensemble de la classe politique sous la facilitation d’une personnalité indépendante
la traduction du consensus en actes législatifs par la saisine de l’Assemblée nationale pour la prise de nouvelles lois dans le strict respect du consensus préalablement obtenu.
La prise d’actes réglementaires pour la mise en œuvre.
Au regard de tout ce qui précède, l’Opposition propose que :

  • la recherche du consensus soit élargie au-delà de l’Assemblée nationale conformément au protocole additionnel de la CEDEAO dans un format de médiation assurée par une personnalité neutre ;
  • le Chef de l’Etat instruise son Ministre de l’intérieur à l’effet de libérer les documents de formalisation et de mise en conformité aux partis politiques dont les dossiers de déclaration de constitution ont déjà été étudiés ;
  • le Directeur général des impôts soit instruit à l’effet de libérer immédiatement les quitus fiscaux confisqués par ses services
  • les propos du genre de ceux tenus par le Ministre de la Justice Monsieur Séverin QUENUM sur une station radio internationale qui contredit tant dans la forme que dans le fond les déclarations du Chef de l’Etat du 06 mars 2019, le mettant ainsi dans une posture de duplicité soit condamnés;
  • que des instructions claires soient données à la majorité parlementaire réunie au sein du BMP, afin que la perception de double jeux qui est actuellement projetée des déclarations du Chef de l’Etat du 06 mars 2019, cesse d’être des obstacles préjudiciables à une sortie consensuelle et apaisée de cette crise et de cette impasse électorale qui commencent à trop agacer l’ensemble des béninois épris de paix et d’élections inclusives. Cette situation commence également par désoler l’opinion nationale et internationale.
  • que le processus électoral soit suspendu pour témoigner de la bonne foi du Chef de l’Etat dans la recherche du consensus prôné.
    Enfin, l’opposition dit haut et fort non à la révision de la Constitution agitée par certains acteurs comme solution dans la crise et insiste sur la tenue à bonne date et dans les délais constitutionnels des élections législatives

Par ailleurs, les forces de l’opposition félicitent une fois encore le peuple béninois pour sa mobilisation et l’attention portée sur le dénouement de cette crise tout en lui promettant de continuer à porter ses légitimes aspirations.
Vive les forces de l’opposition
Vive la démocratie
Vive le Bénin
Nous vous remercions

Voir les commentaires

7 Commentaires

  1. Je me demande s’il faut encore perdre le temps à attendre ces opposants qui se moquent des béninois. Nous avons déjà des candidatures validées. Allons aux élections et laissons les. Ils dévoilent enfin leur vraie face.

  2. En tous cas , l’opposition au bénin ne veut pas être 2eme gaou , face au ” ruseur rageant ” de talon .
    Qu’elle lui torde le bras jusqu’à obtenir une assise nationale , pour lui diminuer la toute puissance de l’exercice qu’il s’arroge en soumettant toutes les institutions de l’État , par l’intimidation dictatoriale

  3. Tous les matins je me demande comment le Bénin en est arrivé là. Mon cher pays bascule de jour en jour dans un État voyou sinon il l’est depuis longtemps. Comment un tel pays n’a plus de patriote!
    Des hommes ” politiques ” qui sont là pour se faire de blé.
    Une justice qui pratique l’injustice
    Un ministre de la justice qui estime que faire une élection sans l’opposition ” est un petit raté’’.
    Des députés qui votent des lois et le lendemain vont chercher la compréhension à la Céna ! Quelle honte !
    Des opposants chassés comme des gibiers ou contraints à l’exil !
    Des prévenus empêchés de se défendre et enfermées très rapidement ! (le cas Toboula, le député vendeur de médicament, etc etc).
    Dites-moi quand on faisait la conférence des forces vives les membres de l’actuel gouvernement étaient ou ?
    Il faut qu’on demande aux historiens d’enseigner l’histoire politique du Bénin aux aspirants chefs d’État de notre pays.
    Le Bénin a toujours été un pays de consensus et doit le rester. C’est cela le fondement de notre démocratie.
    C’est ce consensus qui a permis à Yayi Boni de lacher du leste et de permettre à Talon d’être au pouvoir aujourd’hui et c’est dommage.
    Je rêve d’un parlement au temps des Charles djrekpo, de jean marie Zohoun, des Mito baba, ….etc. Ah ces gens-là chauffaient le parlement quand Soglo était au pouvoir.
    Il faut vraiment vivre longtemps.

  4. C’est terrible, cette opposition est vraiment vide de bon sens. Franchement ils sont pas prêt pour les élections, qu’ils se préparent pour les communales l’an prochain..! C’est des incapables..!

  5. Libérer les quitus fiscaux sans paiements d’impôts
    Libérer le certificat de conformité sans se conformer
    J’en passe
    Voyez-vous le chantage de cette opposition moribonde
    Vous allez en souffrir mais rien ne se passera
    Les élections auront bien lieu sans vous
    Inscrivez ça au mur
    Je passais
    Le Plombier

    • L’ami Jojo , je t’arrête de suite , celui qui en souffre est ton ami talon , dont les fesses sont au dehors , et le monde entier les regarde , et il prend peur .

      • Le monde entier est en train de voir aujourd’hui que l’opposition béninoise est en train de le manipuler. Le président Talon a déjà joué sa partition. Si quelqu’un ne veut pas aller aux élections maintenant, ça fera son problème.
        Président Talon, le monde entier a compris maintenant le vrai problème du Bénin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom