Des éléments de la police républicaine du Bénin

Le syndicaliste Joseph Aimassè n’est plus libre de ses mouvements depuis quelques heures. Il a été arrêté, présenté au procureur de la République et déposé à la prison civile de Porto-Novo. On lui reproche un appel à manifestation non autorisée. La nouvelle de son arrestation est rapidement parvenue aux oreilles de ses  syndiqués .

“Cette arrestation, ça nous révolte”

Joint au téléphone par la radio Soleil FM, Jean Marie Noumonvi a  laissé éclater sa colère. « Cette interpellation, ça nous indigne, ça nous révolte parce que nous ne sommes pas du tout d’accord avec cette arrestation. Moi, je ne sais pas sur quels éléments on s’est basé pour dire que le camarade a appelé à la violence. C’est vrai qu’on lui a dit que c’est un appel à manifestation non autorisée. Le combat que mène le camarade est un combat pour la liberté d’expression, un combat contre les lois scélérates » a-t-il déclaré.

L’homme dit attendre la comparution de Joseph Aimassè avec sérénité. « Le moral est très haut, nous ne sommes pas ébranlés » fait-il savoir témoignant de sa détermination à poursuivre le « combat ».

Voir les commentaires

9 Commentaires

  1. Oui ! Mer… alors ! C’est quoi ce peuple qui manifeste son mécontentement d’être privé de la liberté de choisir dans le panier de fruits pourris qu’est la classe politique béninoise ?

    Assez de désordre ! Respectez les lois qui vous demandent de vous taire “bandécons” !

    De quoi vous plaignez vous ? On vous dit que les chiffres de la croissance sont bons. Vous ne voudriez pas en plus le travail et la liberté ? Non mais des fois ! Jamais contents les béninois franchement. Aimez votre pays et fermez vos gueu… ! On s’occupe du reste.

  2. Dans une démocratie, doit-on demander une AUTORISATION au gouvernement pour manifester ?
    Et si c’est pour dénoncer des choses qui ne l’arrange pas, il va autoriser ?

  3. Il faut juste comprendre que le Benin n’est plus un pays de desordre ou il faut s’elever et fait ce qu’il veut.

  4. Je voudrais marteler encore une fois que les manifestations n’ont pas a etre autorisees!
    Aucune loi au Benin n’exige que les manifestations soient autorisees.
    Les organisateursde manifestation ont simplement pour obligation d’informer les autorites locales .
    Sur quoi se base le procureur pour faire arreter le dirigeant syndical ?
    On a des procureurs et leur patron ministre de la justtice qui pietine allègrement les droits constitutionnels nationaux et internationaux des citoyesns en invoquant au gre des humeurs la loi sur la cybercriminalite devoyee de ses objectifs !
    Nous voila revenus aux pires moments du PRPB avec des arrestations arbitraires et la repression des dirigeants syndicaux…
    De meme que nous avons vaincu l’autocratie de Kerekou, nous vaincrons lle clan Talon et ses velleites autocratiques, sous le masque de jurdisme desuet…
    Il leur faudra mettre tous les beninois en prison pour faire des elections Talon contre Talon

  5. 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
    L’oiseau qui fait appel à la pluie ne manquera pas d’être mouillé. La dictature n’échappera personne mon frère

  6. Il est temps que vous compreniez que les temps ont changé, qu’on ne peut plus continuer avec les mêmes désordres qui nous ont toujours enfoncé dans la pauvreté et la misère. Force doit rester à la loi. Il y a une procédure pour jouir de des droits à liberté d’expression. Ce même mois des milliers de béninois ont été autorisés à manifester à Cotonou et ailleurs. Tous ceux qui chercheront à faire des appels à la rébellion y compris sur les médias ou les réseaux sociaux doivent être appréhendés et poursuivis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom