Au Royaume-Uni, la situation floue autour du Brexit laisse les politiques et les citoyens un peu perplexes. Le président américain Donald Trump l’a d’ailleurs bien compris et ce dernier s’est permis un petit tacle via les réseaux sociaux, assurant être relativement surpris de la tournure des événements, lui qui pensait que les choses se passeraient relativement bien.

Selon lui, la sortie du Royaume-Uni aurait pu et aurait dû être mieux négociée et surtout, mieux préparée. Aujourd’hui, l’accord de sortie semble ne pas satisfaire grand monde et les députés britanniques ont rejeté pour la seconde fois, le texte adopté entre le gouvernement May et l’Union européenne. En théorie, le départ officiel du Royaume-Uni sera acté au 29 mars prochain, avec ou sans accord. Cependant, la situation est aujourd’hui difficile, le Royaume-Uni avançant désormais à l’aveugle, que de nombreuses voix appellent à un second referendum.

Trump évoque la sortie britannique de l’UE

Ce qui bloque ? La question de la frontière entre le Royaume-Uni et l’Irlande. Une « situation difficile » comme l’a concédé le président Trump, en présence de Leo Varadkar, Premier ministre irlandais. Toujours selon ce dernier, l’idée d’un second vote n’est d’ailleurs pas envisageable, assurant que le résultat, s’il était contraire au premier, serait très « injuste » pour les personnes ayant remporté le premier. D’ailleurs, il semblerait que cela ne soit pas vraiment une priorité pour les élus britanniques qui ont rejeté un amendement invitant à un report du Brexit.

Le président Trump espère un Brexit rapide

Aujourd’hui, deux camps semblent réellement s’opposer. D’un côté, les élus et les citoyens britanniques, pro-Brexit qui estiment qu’une sortie sans accord n’est pas plus mal, alors que de l’autre, les anti-Brexit appellent d’une même voix à un nouveau vote, voire même un simple report de la sortie de l’UE, le temps qu’un accord soit trouvé entre les partis. Visiblement circonspect, le président Trump a rappelé avoir discuté avec Theresa May concernant la stratégie à adopter. « J’ai donné à la Première ministre mes idées sur la façon de négocier. Je pense que cela aurait réussi. Elle n’a pas écouté, et ce n’est pas un problème ».

Pas vraiment pro-européen, le président américain voit d’un bon œil cette sortie anglaise de l’UE. En effet, celle-ci lui permettrait de nouer directement des liens avec un acteur majeur de l’économie mondiale sans avoir à répondre aux règles européennes, qu’il estime injustes contre les États-Unis.

1 COMMENTAIRE

  1. La sortie des britanniques de l’union europeenne fera du bien a Trump. Car il a toujours souhaite l’effondrement de l’UE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire