Au Burkina Faso, les ravisseurs ont enlevé et tué deux enseignants exerçant dans la circonscription d’éducation de base de Djibo. Une ville qui se trouve à 200 km au nord de Ouagadougou, la capitale. Les infortunés ont pour noms : Al-hassane Cheikhna et Judicaël Ouédraogo. Leurs corps criblés de balles ont été découverts dans la nuit du lundi 18 mars après leur enlèvement sept jours plus tôt.

Le but est de traumatiser les enseignants de la région

Selon un communiqué du ministère de l’éducation nationale burkinabé, « les corps sans vie des deux enseignants ont été inhumés à la demande des parents ce mardi 19 mars ». Selon le ministre, les ravisseurs ont pour but de traumatiser les enseignants qui travaillent dans la ville en commettant de tels crimes. L’objectif finale étant de les amener à quitter la région et leurs postes. Pour rappel, le pays des hommes intègres a déjà fermé environ 1135 établissements scolaires depuis 2016.

Le gouvernement a dû prendre ces mesures pour raison de sécurité. Notons tout de même que les ravisseurs n’avaient jamais exécuté d’enseignants par le passé. C’est donc une première dans le pays qui doit faire face depuis 3 ans aux attaques djihadistes du Groupe Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS). Actuellement, un prêtre catholique et un chauffeur de médecins sans frontières ont été enlevés. On ignore pour l’instant le sort que les ravisseurs leur réserveront

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom