En Algérie, la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat continue de faire grincer des dents. Depuis quelques semaines, des milliers d’Algériens se donnent d’ailleurs rendez-vous dans les rues d’Alger et des grandes villes du pays afin de faire entendre leur mécontentement. Une situation forcément compliquée pour tout le monde.

Toutefois, une ressortissante algérienne en Suisse, avocate de profession, a décidé de passer à l’action en invitant un tribunal suisse à placer Bouteflika sous curatelle. Actuellement hospitalisé du côté de Genève, l’homme politique, âgé de 82 ans, se trouverait toutefois en bonne santé selon son entourage. Des déclarations qui n’ont pas suffi à convaincre l’avocate, qui souhaite définitivement écarter le chef d’État à la course à la présidentielle.

Une initiative normale et fondée selon elle

Selon cette dernière, le président Bouteflika n’est plus en mesure de discerner quoi que ce soit et serait même manipulé par ses proches. Aujourd’hui, sa maladie survenue en 2013 ainsi que le fait qu’il soit à l’hôpital universitaire de Genève et non en clinique privée, sont autant d’arguments qui l’ont poussé à réagir. Une action citoyenne que tout le monde peut faire, à condition de prouver l’urgence. Enfin, cette dernière souhaite la levée du secret médical afin que tous les doutes soient levés sur la situation véritable du président toujours en place.

L’Algérie continue de gronder

Il apparaît toutefois peu probable que sa demande aboutisse. Une issue attendue, qui n’entache toutefois pas la volonté d’une partie des Algériens à continuer leur combat et leurs manifestations contre la présence de Bouteflika au prochain scrutin. Le 9 mars dernier, 200 personnes ont encore manifesté à Genève, non loin de l’hôpital dans lequel se trouverait le président.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire