Alors qu’il a remis sa démission au Pape, le cardinal français Philippe Barbarin a finalement pu garder son poste d’archevêque du diocèse de Lyon, le saint-père ayant invoqué la « présomption d’innocence ». Toutefois, condamné par la justice française à six mois de prison avec sursis, ce dernier a annoncé qu’il allait se mettre en retrait du diocèse de Lyon.

Loading...

Le 7 mars dernier, le Cardinal Barbarin a effectivement été reconnu coupable par la justice de « non-dénonciation d’actes pédophiles », couvrant de fait, les agissements du père Bernard Preynat. Condamné à six mois de prison avec sursis, ce dernier a très vite annoncé son intention de remettre sa démission au pape. Tenant parole, ce dernier s’est rendu au Vatican afin de s’entretenir avec le souverain pontife, lui annonçant son désir de quitter la vie active religieuse. 

Une démission refusée par le Pape François

« Lundi matin, j’ai remis ma mission entre les mains du saint-père. En invoquant la présomption d’innocence, il n’a pas voulu accepter cette démission », a toutefois annoncé Mgr Barbarin. Toujours archevêque sur le papier, ce dernier a pris la décision de se mettre quelque temps en retrait. C’est son second, le vicaire général Yves Baumgarten qui prendra en main les affaires courantes et dirigera le diocèse lyonnais le temps que la procédure d’appel ait lieu. Balayant les accusations dont il fait l’objet, le prélat a décidé de continuer à se battre.

La justice contredit la version du Cardinal

D’anciens scouts de Saint-Foy-lès-Lyons se sont, en effet, réunis autour de l’association la Parole libérée. Très vite, les agissements du père Preynat ont été exposés et une action en justice a été lancée. L’histoire elle, prendra une ampleur rarement connue en France pour de tels faits. Le Cardinal Barbarin lui, a toujours assuré n’avoir rien tenté de cacher, n’ayant jamais été mis au courant de ces faits. La justice en aura finalement décidé autrement, estimant que le Cardinal avait tenté « d’interdire l’expression de la douleur des victimes ». Selon le juge en charge de l’affaire, le cardinal Barbarin aurait tenté de protéger le père Preynat, en empêchant les forces de l’ordre et les instances judiciaires de se pencher sur le dossier.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

Répondre à M Même pipe même tabac Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom