Au terme d’un match sérieux et appliqué sans trop d’intensité, les Écureuils du Bénin se sont imposés (2-1) devant les Éperviers du Togo pour garantir leur ticket qualificatif. Neuf ans après, revoilà le Bénin à la Coupe d’Afrique des nations. Ceci au terme d’une rencontre ultime au stade Général Mathieu Kérékou où les Écureuils ont assuré l’essentiel.

Michel Dussuyer a décidé de poser les bases de cette qualification sur une bonne assise avec une défense à cinq dont trois centraux. Il met Jodel sur le banc et lance Cèbio Soukou dans un système de 5-4-1. Alors d’entrée les Béninois mettent d’intensité et d’engagement. Cèbio Soukou et Mounié gagnent les duels aériens pour permettre à Mama Séïbou et Jordan Adéoti d’être sur les seconds ballons. Et il a suffit de 13 minutes aux Écureuils pour annoncer les couleurs dans un match où il ne fallait surtout pas perdre.

Après un redoublement de passes entre Steve Mounié et Soukou, ce dernier retrouve Djigla sur un centre en cordeau. David Djigla résiste au retour de Ortega Djene avant de battre Bassa Djéri (1-0, 13′). Dussuyer et ses joueurs vont alors se consacrer à gérer le match laissant les Éperviers faire le jeu. Mais, Alexys Romao, Mathieu Dossevi et Floyd Ayité ont semblé être mal inspiré tant tactiquement que techniquement. Donc les actions offensives togolaises ont été mal menées et n’aboutiront que rarement avec un manque cruel de mouvement autour du porteur de balle. L’Ethiopien Bamlak Tessema renvoie les deux équipes aux vestiaires.

Le temps pour Claude le Roy de repréciser ses consignes. Dès la reprise, les Togolais sont plus menaçants et vont obliger Verdon a sauvé la balle de l’égalisation sur la ligne de Saturnin Allagbé à la 57è minute pour retarder l’échéance. Sur une contre attaque Soukou offre une merveille à Jodel qui perd son duel face à Djeri et manque ainsi d’aggraver le score à la 68è minute.

Et vient l’heure où le froid tomba sur tout le stade. Sur un centre dans la surface, Saturnin hésite et reste dans sa cage. Fodé Laba entré en jeu à la reprise place une tête que le gardien béninois repousse en l’air. Adébayor profite de son atout majeur, sa taille, pour égaliser (1-1, 72′). Les Togolais maintiennent la pression pour faire le break 75′.

Mais ce sont les poulains de Michel qui vont prendre à nouveau l’avantage. Sur un centre de David Kiki dévié par le haut du crâne de Jodel, Mounié place une tête qui finit au fond des filets du Togo (2-1, 83′) et envoie le Bénin à la Can pour la quatrième fois. Car, dans la suite, Saturnin va sortir dans les extra times la balle de l’égalisation, renvoyer le Togo à la maison et Claude le Roy a son second métier de consultant. Emmenés par un public fou, les Écureuils peuvent savourer cette qualification et prendre rendez vous au pays des pharaons pour la première Can à 24 équipes. Un peuple à l’unisson l’a cru et 23 soldats l’ont fait sous la direction de leur responsable.

Voir les commentaires

12 Commentaires

  1. Les jeux, les Cirques pour le peuple affâmé afin qu’il puisse être détourné par Moment de sa condition, c’est le propre des dictateurs. Les romains, les nazis l’ont exercé aussi.
    Quand au Bénin les Forces vives de la Nation prendront le pouvoir, sera appliquée la politique du nécessaire avant l’agréable.

  2. Bénin qualifié! bravo!!!! Mais même pas une minute de silence en mémoire de l’illustre gardien de but de l’équipe nationale des années 80 IMOROU SOUMAILA décédé jeudi 21 mars seulement. C’est triste.

  3. Félicitations aux écureuils !!!!! Bravo à mon ami Agadjavi qui semble avoir une fine connaissance des écureuils…. Du courage… La lutte continue contre les obscurantistes de ce forum, notamment Ollah et Aziz, le garnement de Cambérène…..

  4. FELICITATIONS AUX ECUREUILS .
    FELICITATIONS A LA RUPTURE .
    EN CAS DE DEFAITE , LES ANTI TALON AURONT DE L’EAU SALE DANS LEUR MOULIN ET ILS IRONT A COEUR JOIE EN SE MOQUANT D’UNE RUPTURE DE DEFAITE .
    LE BENIN ETANT UN PAYS DE REVENANTS ET DE CROYANCE AUX REVENANTS , JE BAPTISE MICHEL DUSSUYER [ REVENANT BLANC ]
    QUANT AU SORCIER BLANC [ CLAUDE LEROI ] IL PEUT DEMISSIONNER CAR AYANT NATGUE LE BENIN QU’EN CAS DE DEFAITE A COTONOU , IL DEMISSIONNERAIT .
    VIVE LE BENIN ET VIVE LES ECUREUILS SANS MICHAEL POTE LE PORTE MALHEUR .

  5. Match sérieux et solide de nos rongeurs. Mention spéciale à Adénon qui a été très propre dans ses interventions et à Adéoti pour sa grande activité dans l’entre-jeu. Par contre Saturnin, lui a m’a donné des sueurs froides à chaque sortie sur balle arienne. Encore bravo!

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom