L’acte 18 de la manifestation des ‘’gilets jaunes’’ samedi dernier avait été émaillé de multiples violences et autre actes antirépublicains. Des faits qui avaient amené M. Macron à écourter son week-end en montagne et remonter les bretelles au Ministre de l’intérieur, exigeant de lui des actions fortes. Ce samedi pour l’acte XIX alors que déjà en mi-journée, aucun gilet jaune, selon la presse hexagonale, n’avait fait acte de présence sur l’avenue des Champ Elysées.

Une ardeur à manifester refroidie ?

Le fait est que l’on serait loin des 34 000 manifestants dans Paris et environs, le week-end dernier. Ce samedi, très peu de couleur jaunes dans les envions de la ville et ce malgré l’appel à une intensification du mouvement sur les différents groupes sur réseaux sociaux du mouvement. C’est que le mot d’ordre de l’autorité de sécurité pour cet acte XIX était ‘’zéro casse’’. C’est que Christophe Castaner en a eu pour son grade et la consigne présidentielle de ne plus voir de telles dérives se reproduire aurait poussé à alourdir le dispositif sécuritaire pour ce week-end.

Depuis hier, vendredi, le nouveau préfet de police de Paris, Didier Lallement par un communiqué officiel avait purement et simplement interdit « Les manifestations de gilets jaunes(…) à Paris sur les Champs-Elysées, ses abords et la place de l’Etoile ainsi que dans un périmètre incluant le palais de l’Elysée et l’Assemblée nationale ».

Et si d’aucuns par un malheureux entêtement, insistaient et passaient outre l’interdiction, ils seraient accueillis, rapporte une presse nationale, par une cohorte de camion à jet d’eau, d’une brigade spéciale anti-casseurs équipés de balles de répulsion plus « convaincants » que ceux précédemment utilisés. On comprend dès lors que les frondeurs soient peu enclins, après les violents accrochages de samedi dernier, à affronter une nouvelle fois des forces de l’ordre cette fois plus apprêtés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom