La bande de gaza était sous les tirs de roquettes israéliens ce vendredi, rapporte la presse locale. Des tirs en représailles à une attaque dans la nuit du jeudi de deux roquettes lancées depuis la bande. Ces échanges interviendraient , seulement à quelques semaines d’évènements politiques majeures en Israël et à deux mois d’un évènement culturel international important à Tel Aviv ; l’Eurovision.

Loading...

Reprise du conflit ou manipulation politique ?

Des responsables du Hamas contactés par l’agence de presse arabophone Al Jazeera, auraient avancé que la société islamique n’avait rien à voir avec l’attaque présumée du jeudi. Et que de ce fait la riposte israélienne de vendredi était pour eux incompréhensible. D’autant plus que si c’était le cas, cela serait de l’avis de la presse internationale,  la première attaque de ce type depuis le cessez-le feu conclu en Novembre de l’année passée entre les deux partie conséquemment à la guerre entre Israël et le Hamas en 2014.

Pourtant, en novembre, les groupes palestiniens avait prévenu ; ce cessez-le-feu, « La résistance le respectera aussi longtemps que l’ennemi sioniste le respectera. » Alors quand la Ministère de la défense Israélienne publiait sur sa page Twitter ce jeudi que « Nous pouvons le confirmer, les roquettes tirées depuis Gaza sur Tel Aviv tôt cette nuit ont été lancée par l’organisation terroriste Hamas », et qu’en représailles Tel Aviv pilonnait pendant plusieurs heures des cibles stratégiques palestiniens dans Gaza ; l’on serait en droit de craindre un regain de tensions entre les deux belligérants et conséquemment la reprise des affrontements.

Cependant à qui profiterait le crime ?

Selon la presse, la reprise de l’enclave et la victoire sur le Hamas serait un atout majeur pour l’administration Netanyahou, actuellement en campagne pour une autre réélection en avril prochain. De ce point de vue une reprise du conflit pour favorablement pencher la balance en sa faveur et détourner l’attention de ses scandales financiers et de ses échecs politiques.

En Outre, la situation économique et sociale dans l’enclave serait dès plus précaire. Israël maintenant son blockus, les ressources s’amenuisaient et les manifestations de colère des palestiniens de plus en plus récurrents. Et même si certains dirigeant du mouvement, Yahya Sinwar, se disait las d’un perpétuel conflit avec ‘’ l’ennemi sioniste’’ un rappel de la pertinence de l’idéologie du mouvement pourrait servir d’exutoire et désamorcer la fronde sociale dans la bande.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom