Le Venezuela est dans la tourmente. Depuis plusieurs semaines deux camps s’affrontent. D’un côté, le Président Maduro et de l’autre le Président auto-proclamé Juan Guaido qui bénéficie du soutien de plusieurs puissances mondiales. Depuis les deux leaders toujours, chacun de son côté occupé à faire des démonstrations de popularité, organisent des manifestations. Alors que Guaido appelait à « un état d’urgence » Maduro promettait de régler le problème « petit à petit ».

La guerre de l’électricité

Près d’une semaine bientôt que le pays est plongé dans l’obscurité. Mais cette paralysie structurelle n’avait pas émoussé les rivalités entre les deux protagonistes de la crise vénézuélienne ; bien au contraire. La population déjà très affectée par les différentes plaies qui minaient l’économie du pays, se devait de choisir son camp et par conséquent d’accepter la raison avancée par son leader quant à ce fléau supplémentaire. Une chose était certaine qu’on était d’un camp ou de l’autre il fallait  accepter ce blackout, d’autant qu’aucun des leaders n’apportait de solutions véritables et se contentait de nourrir les partisans de promesses.

Pour Guaido un seul responsable Maduro et son administration ; « Nous sommes au cœur d’une catastrophe qui n’est pas le résultat d’un ouragan, d’un tsunami, c’est le produit de l’inefficacité, de l’incapacité, de la corruption d’un régime qui ne se soucie pas de la vie de ses habitants ». Il promettait de ce fait, rapporte la presse internationale, de « sortir le Venezuela de la pénombre, très vite » et déclarait ce dimanche à la presse que, 1.5 milliard de dollars seraient mis à la disposition d’organisations multilatérales  pour reprendre en charge les services au Venezuela ; sans toutefois  préciser où se trouvait l’argent ni comment y accéder.

Quant à Maduro, ce blackout n’était que le produit de la tentative américaine de déstabilisation du pays ; « Le gouvernement impérialiste américain a ordonné cette attaque » Une attaque cybernétique. « Une stratégie de guerre telle que seuls ces criminels(USA) – qui ont combattu et ont détruit les peuples irakien, libyen, afghan et syrien – peuvent l’imaginer », a-t-il affirmé. Aussi promettait-il d’initier personnellement une enquête avec l’appui de partenaires restés fidèles tels, la Russie ou encore Cuba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire