Terrible nouvelle pour l’armée française, qui vient de perdre l’une de ses collaboratrices. En effet, une jeune engagée de 24 ans a été retrouvée morte, dans sa chambre. Si une enquête est actuellement en cours, tout laisse à penser que celle-ci aurait mis fin à ses jours avec son arme de service.

Lundi, une jeune femme engagée au sein du dispositif Sentinelle, dispositif mis en place afin de prévenir et de lutter contre la menace terroriste sur la zone de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, a été retrouvée morte. Selon les premières indications, cette jeune femme aurait mis fin à ses jours dans sa chambre de la caserne de l’aéroport, directement avec son fusil d’assaut de type Famas.

Un décès confirmé, une enquête est en cours

Le décès de la jeune femme a quant à lui été confirmé par le porte-parole du gouverneur militaire de Paris. Une enquête a été confiée au commissariat de Villepinte qui devra déterminer les raisons de ce geste. Une nouvelle qui pourrait relancer les débats sur la gestion du temps des militaires et surtout, la pression subie par à cause de tous les risques encourus par la France. 

1 COMMENTAIRE

  1. Pas seulement post-conflit et surtout lorsque policiers et soldats sont en opération sur le territoire, il faut concevoir des unités de suivi, d’évaluation et de soutien psychologique.

    Le temps du “les hommes après le matériel”, ça ne fonctionne pas. Par le passé, on pouvait casser du bonhomme c’était étouffé, le concept de blessure psychologique était annexe.

    Aujourd’hui, au vu des dégâts de la pression tout au long de l’année sur les effectifs, dans la police et l’armée, ces unités de soutien et veille psychologiques doivent être considérées aussi indispensables aux opérations, que l’intendance et les hôpitaux de campagne.

Répondre à ... Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom