L’Intersyndicale des enseignants du supérieur au Bénin annonce pour ce jeudi 21 mars 2019, un nouveau sit-in au ministère de l’enseignement supérieur. C’est toujours contre les réformes qu’elle qualifie de biaisées dont la nomination des responsables des Unités de formation et de recherche (Ufr) des universités nationales du Bénin en lieu et place des élections.

Loading...

Les enseignants du supérieur ne comptent pas démordre dans la crise engendrée par lesdites réformes, même face à la sourde oreille ou aux actes de répression du gouvernement. Le nouveau mouvement de protestation est l’une des conclusions de leur assemblée générale du mercredi dernier sur le campus d’Abomey  Calavi.

Prêts à subir les répressions

Selon les responsables de l’intersyndicale, dans cette crise, le gouvernement à travers leur ministère de tutelle a fermé les portes du dialogue et préféré l’intimidation et la répression. «C’est le refus de dialogue» informe le professeur Esaïe Gandonou. «Nous avons tous reçu des demandes d’explication parce que nous avons participé à un sit-in» ajoute-t-il en allusion à leur manifestation du 31 janvier dernier.

Mais dans tous les cas, ils comptent se battre par tous les moyens légaux pour sauver les libertés académiques et pour faire échec à toute réforme qui ne prend pas en compte les acteurs du secteur et ne suit pas le minimum en termes de normes. En réalité, ces enseignants membres de l’Intersyndicale disent ne pas être contre la volonté d’opérer des réformes dans le milieu universitaire mais ils s’opposent à la procédure qui pour eux conduira à la destruction de l’enseignement supérieur au Bénin au lieu de l’améliorer et le rendre plus performant.

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. Je suis très étonné qu’une collègue aussi gentille et pondérée comme Odile Atanasso participe à ces erreurs historiques. Nous étionS à pARIS et décrions ce qui se passait au pays à l’époque. Héééé oui!

    • Monsieur THE, tu as peut être étudié à l’université, mais c’est désormais passé de mode, fini le temps où le politique régentait les nominations.
      Donc la véritable connerie, c’est vous
      Bisou

      • AGBAFAFA, je suis un pure produit de l’EPAC.Mais ce n’est pas pour cette raison qu’il faut vous supporter dans vos conneries sans limite.Je compare aujourdhui les connaissances acquises à l’EPAC et celles de ma position actuelle en d’outre mer.Si vous etes un Dr fabriqué ou en fabrication tant pie.On doit nommer les responsables de nos Universités desormais car il y a trop de mauvaise gouvernance qui est ce qu’on rejetait en procedant à la democratisation.

  2. Et cela s’appelle un pays de paix et de quiétude? Les kléb,és et autres griots entreront bientôt en fonction pour pousser Talon á aller au bout. Mais il sera le seul comptable.

Répondre à AGBAFAFA Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom