Soutien et admirateur de Donald Trump, le président brésilien Jair Bolsonaro s’est rendu mardi dernier du côté de Washington. L’occasion pour lui de rencontrer le président américain et d’évoquer de nombreux sujets, comme la possible adhésion du Brésil à l’Alliance atlantique. Complices, les deux hommes se sont affichés tout sourire, qualifiant cette première rencontre officielle de fructueuse.

Loading...

Leur rencontre a commencé par une série de louanges. Assurant avoir remarqué le travail fantastique réalisé par BolsonaroTrump a salué un Brésil plus uni que jamais. Flatté, ce dernier a répondu, assurant avoir toujours admiré les États-Unis t ce, encore plus depuis que Trump est au pouvoir. Il ira même jusqu’à s’avancer, avouant être persuadé de sa réélection en 2020. Une proximité qui s’explique par des idées politiques semblables. En effet, les deux hommes sont très nationalistes et rejettent l’idée d’une économie mondiale, multilatérale. En outre, les deux n’ont pas hésité à pointer du doigt l’accord de Paris sur le climat. Enfin, les deux n’hésitent pas à taper sur les médias, qu’ils accusent de colporter des « fake news » à tout-va.

Une proximité qui n’échappe à personne

Signe qui ne trompe pas, Trump a d’ores et déjà annoncé qu’il pourrait accorder au Brésil le statut « d’allié majeur non-membre de l’OTAN ». Il a même été question d’une possible adhésion au traité Atlantique de la première puissance économique d’Amérique du Sud. D’ailleurs, les deux puissances se sont mises à nouveau d’accord sur la question vénézuélienne, mettant de fait encore plus de pression sur les épaules de Nicolás Maduro qui se retrouve avec un allié américain à quelques kilomètres seulement de Caracas. Histoire d’en rajouter, Bolsonaro a d’ailleurs affirmé que la question d’une base militaire américaine au Brésil pourrait être étudiée, ce dernier y étant favorable.

Une rencontre marquée sous le signe de la bonne humeur et de l’entente cordiale qui devrait permettre à Trump de tourner la page de l’échec du sommet d’Hanoï. Il y a quelques semaines, ce dernier a effectivement rencontré le leader nord-coréen Kim Jong-Un afin de parler dénucléarisation et paix au sein de la péninsule Coréenne. Malheureusement, rien ne s’est passé comme prévu et la réunion a été écourtée de près de deux heures, aucun accord n’ayant été signé. Aujourd’hui, Pyongyang semble vouloir renouer avec ses activités nucléaires. Un terrible désaveu pour Washington qui espérait régler la question une bonne fois pour toute.

Bolsonaro, pour le mur à la frontière mexicaine

Plus récemment encore, un vote du congrès lui a imposé un terrible camouflet au sujet de son mur à la frontière avec le Mexique, l’institution américaine lui refusant l’autorisation de débuter son projet. Une situation qui a d’ailleurs peiné le président Bolsonaro qui a réaffirmé son admiration, louant la ténacité du président américain. Afin de prouver que le président américain a raison sur l’immigration, ce dernier a d’ailleurs pris la France en exemple. « Les frontières sont ouvertes aux réfugiés sans le moindre filtre » a-t-il déclaré avant d’ajouter que la majorité des migrants n’avaient pas de bonnes intentions.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom