Donald Trump hausse le ton. En effet, le président américain a décidé d’accentuer la pression sur l’Union européenne, assurant qu’elle s’exposait à de graves conséquences si jamais elle refusait de négocier un nouvel accord commercial avec Washington. Une sortie en guise de réponse aux eurodéputés qui, ce jeudi, ont annoncé ne pas vouloir de discussions sur le sujet.

Visiblement vexé d’avoir été mis sur la touche de la sorte, le président Trump a ainsi assuré que de nombreuses et importantes taxes douanières pourraient être imposées si jamais l’UE refusait de parler aux Américains. « L’Union européenne nous traite de manière très, très injuste » a-t-il continué. Le secteur automobile serait particulièrement visé par le président Trump qui souhaite frapper fort.

Le Parlement espère un changement d’avis rapide

Jeudi, en réunion à Bruxelles, les eurodéputés n’ont pas réussi à s’entendre sur le sujet. Résultat, le Parlement a tout simplement rejeté les discussions concernant la question de débuter de nouvelles négociations avec les États-Unis ou non. Une décision bien malvenue puisque la Commission attendait de ses eurodéputés, un soutien sans failles sur la question. Visiblement gênée, la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, a pour sa part confié espérer « une décision rapide ».

Annoncée fin juillet par Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, l’entente commerciale UE-USA peine à voir le jour. Trouvé un peu en catastrophe, après que de premières tensions commerciales aient éclaté entre les deux partis, cet accord a permis de mettre un terme aux nombreuses tensions. Toutefois, rien n’est entériné tant que les eurodéputés ne valident pas le projet. Suite à ce désaveu, la pression est remontée d’un cran.

L’entente, dans une “impasse”

Le principal point de discorde concernerait  l’agriculture. Si les États-Unis souhaitent négocier sur l’import-export de ces produits, l’UE elle, n’y songe pas une seule seconde, inquiète de voir débarquer sur ses marchés des bœufs aux hormones ainsi que d’innombrables produits génétiquement modifiés. « Nous sommes dans une impasse. Nous verrons comment cela va évoluer », a d’ailleurs confirmé Robert Lighthizer, représentant américain au commerce (USTR).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire