Depuis le départ de Robert Mugabe et l’accession au pouvoir d’Emmerson Mnangagwa rien n’a encore changé au Zimbabwe, qui possède d’énormes potentialités à faire valoir. Durant le règne de Mugabe, l’économie du pays a connu une impressionnante dégringolade frappée notamment par de lourdes sanctions de la communauté internationale.

Loading...

Les États-Unis par exemple, ont coupé tous liens commerciaux avec Harare depuis de nombreuses années maintenant. Malgré le départ de Robert Mugabe du pouvoir, les américains ont décidé de maintenir leurs sanctions contre le Zimbabwe. En effet, selon Washington, le nouveau pouvoir continu dans la même dérive autoritaire que celle qui a illustré le régime de Mugabe.

Coup dur pour Mnangagwa

Seront concernés par les nouvelles sanctions américaines, 141 personnes et sociétés zimbabwéennes dont le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, le vice-président Constantino Chiwenga et l’ancien président Robert Mugabe. Ces sanctions américaines arrivent au pire des moments pour le Zimbabwe, qui essaie de redonner un peu de souffle à une économie en berne depuis plusieurs années. Les Etats-Unis ont affirmé que les sanctions resteront en vigueur tant que Harare n’aura pas enregistré de progrès significatifs dans des domaines relatifs aux droits des personnes, tels que la liberté de s’exprimer et de manifester.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom