Après l’arrestation de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, dans la matinée de ce jeudi à Londres, des voix s’élèvent pour condamner l’acte qu’a posé le président équatorien. Son prédécesseur Rafael Correa, en exil en Belgique depuis 2017, ainsi que d’autres personnalités comme le président de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon ne sont pas allés par quatre chemins pour dire ce qu’ils pensent de l’actuel homme fort de l’Equateur Lenin Moreno.

«Larbin des États-Unis »

Pour l’ancien président équatorien, Lenin Moreno a le mérite d’avoir le titre du « plus grand traître de l’histoire latino-américaine ». Car selon lui, l’acte qu’il a posé n’honore pas son pays et sera lourd de conséquence pour celui qui est recherché depuis des années par les Etats-Unis. «Cela met la vie d’Assange en danger et humilie l’Equateur. Jour de deuil mondial », a écrit Rafael Correa sur son compte Twitter peu après l’annonce de l’arrestation de Julian Assange par Scotland Yard (la police britannique). Le patron de la France Insoumise est resté également dans le même registre, toujours sur le réseau social Twitter en affirmant que Lenin Moreno est le «larbin des États-Unis ».

Agnès Callamard, la rapporteuse de l’ONU a également exprimé quelques inquiétudes sur cette interpellation. Rappelons que Julian Assange s’était réfugié depuis quelques années dans l’ambassade équatorienne de Londres pour échapper à un mandat d’arrêt international lancé par les américains suite à la publication de données sensibles sur Wikileaks.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom