Le président de la Commission électorale nationale autonome (Céna) était ce matin l’invité de Frissons radio. Emmanuel Tiando a évoqué les critiques dont sa structure est victime depuis le début de la crise électorale. Pour lui, la Céna a travaillé de façon consensuelle et en toute conscience.

« Nous n’avons rien à nous reprocher et par conséquent nous assumons les critiques » fait-il savoir, ajoutant qu’une institution comme celle qu’il dirige ne doit pas se comporter comme si elle était « dans tel ou tel camp ». « La composition de la Céna ne permet pas d’avoir une attitude partiale » rassure-t-il. Maintenant, pour ceux qui pensent qu’il a été soudoyé, il souhaite que ces derniers apportent les preuves de leur assertion. « Je n’ai rien de fondamental à me reprocher. Si quelqu’un à des preuves de corruption, il peut les avancer, il peut les apporter » a déclaré Emmanuel Tiando qui a aussi expliqué ses propos relatifs aux fautes mineures qu’il aurait trouvé dans les dossiers de l’Union progressiste et du Bloc Républicain.

Les premières tendances tomberont le 30 avril

« C’est normal qu’on utilise ces termes. Les gens qui veulent discréditer la Céna disent bon, pourquoi il parle de fautes mineures et de fautes majeurs comme s’ils ne savaient pas ce que ça signifie. Ça a un sens. Quand on était à l’école primaire, on faisait la dictée. Le maître corrige, il y a des fautes qui vous enlevaient un demi-point et d’autres qui vous enlevaient un point ou deux points. Ça tout le monde le sait. Quel est le qualificatif que vous allez donner à la faute qui vous enlève un demi-point par rapport à deux points? » interroge le président de la Céna. L’homme a donné un second exemple pour justifier ses propos.

« Les professeurs qui examinent les mémoires de maîtrise ou des thèses, ils utilisent ces expressions-là. Fautes légères, fautes mineures ou fautes graves et pourtant à l’issue de la soutenance, le candidat est déclaré reçu » explique-t-il. Emmanuel Tiando donne jusqu’au 30 avril 2019 au peuple béninois pour les premières tendances de ces législatives.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom