L’épidémie de virus Ebola a opéré un retour spectaculaire en République Démocratique du Congo depuis le mois d’août dernier. La situation est tellement alarmante, que des experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) se sont rencontrés pour voir dans quelle mesure il est possible d’endiguer la vitesse de propagation de la maladie. La Croix Rouge a également tiré la sonnette d’alarme car le nombre de victimes ne fait qu’augmenter.

Loading...

Depuis que l’épidémie a été déclarée en août, plus de 700 personnes sont décédées après avoir contracté le virus de la fièvre hémorragique. Depuis, la maladie ne fait que progresser à une vitesse très inquiétante. La région du Nord Kivu est particulièrement touchée et la situation sécuritaire instable dans cette région, rend les opérations de prises en charge des malades très compliquées.

Il y a urgence

De nombreuses organisations telles que la Croix-Rouge, l’OMS, des ONG, des structures sanitaires locales, bravent les conditions de travail exécrables pour venir en aide aux populations. Certaines communautés sont toujours réticentes à recevoir des soins appropriés par les humanitaires, toutes choses qui contribuent à amplifier la vitesse de propagation du virus Ebola.

Un responsable de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a fait le constat suivant et il est édifiant: “Le fait est qu’Ebola se propage maintenant de plus en plus rapidement et beaucoup de personnes ne cherchent plus à obtenir des soins. Il est clair que certaines communautés vulnérables ne font pas confiance aux personnes intervenant pour lutter contre Ebola.” Ce dernier estime donc qu’il faut travailler davantage et adopter une méthode d’approche qui va rassurer ces communautés.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom