C’est hier que le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un, a officiellement rencontré le président russe, Vladimir Poutine. Pour l’occasion, les deux hommes ont longuement échangé sur de nombreux sujets, évoquant également la dernière rencontre organisée entre Kim et Trump, à Hanoï, au mois de février dernier.

Ce sommet extraordinaire semble avoir un impact significatif sur les relations entretenues entre les deux États. Selon Kim, le président Trump a ainsi fait preuve de « mauvaise foi ». Aujourd’hui, selon ses propos repris par l’agence de presse officielle du régime, KCNA, la situation et les dialogues concernant la dénucléarisation de la péninsule Coréenne se trouveraient actuellement dans une impasse. Tendue de base, la situation serait désormais critique. C’est d’ailleurs à ce titre que le leader communiste a décidé de se rendre du côté de Vladivostok, dans le but de s’entretenir avec le président Poutine.

Kim rappelle le passé étroitement lié des deux nations

Selon ce dernier, les deux nations ont toujours entretenu des liens étroits. En quête de soutien et de reconnaissance à l’international, Kim Jong-Un s’est donc tourné vers ses voisins afin d’entamer une série de discussions visant à garantir la paix dans la région. Toutefois, au cours de cette rencontre, il a été très clair que la Corée du Nord se préparait actuellement à tous les cas de figure possibles. Si la détente était de mise depuis quelques mois, le récent échec d’Hanoï semble avoir froissé Pyongyang qui a également menacé de réactiver son programme militaire. Dans cette histoire, Vladimir Poutine lui, pourrait ressortir grand gagnant, servant notamment d’intermédiaire entre les partis, mais aussi et surtout, en s’affirmant comme grande puissance régionale, face à la Chine principalement.

Poutine se rendra à Pyongyang

D’ailleurs, le président Russe s’est félicité de cette rencontre, assurant que son homologue nord-coréen était relativement ouvert et prêt à discuter de tous les sujets. Un meeting qui, en tout et pour tout, aura duré pas moins de cinq heures, avec de nombreuses discussions et autres négociations, commerciales comme politiques. En échange de cette rencontre, le leader communiste a invité Vladimir Poutine à venir du côté de Pyongyang, une offre directement acceptée par le président Russe qui réussirait là, un véritable tour de force. Cependant, pas question pour Moscou de faire n’importe quoi sur ce dossier, l’objectif restant bien évidemment la « dénucléarisation totale » de la péninsule Coréenne.

Le Kremlin appelle à la levée des sanctions

Toutefois, afin d’y parvenir, le Kremlin a mis en garde et invité la communauté internationale à faire des concessions. L’idée étant ici d faire des « premiers pas » en direction de Pyongyang, afin de garantir au régime, qu’il restera maître de sa souveraineté. Une manière pour Poutine, de demander à ce que les états restent en dehors des affaires courantes nord-coréennes. Taclant le « droit du plus fort », le Kremlin estime donc qu’il a de fortes probabilités pour que la situation s’apaise si tout le monde prend la réelle mesure des marches à suivre. Si la levée des sanctions imposées à la Corée est prônée par Moscou et Pékin, les USA eux, sont totalement contre, estimant que Pyongyang doit encore rester « sous contrôle ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom