Longtemps combattue par sa formation politique, Jean-Luc Mélenchon a finalement donné sa caution à la privatisation de l’Aéroport de Paris. En effet, le patron de la France Insoumise a voté par erreur la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises), qui consacre cette réforme initée par le gouvernement Macron et pilotée par le département ministériel de Bruno Le Maire. Il est compté parmi les 147 élus qui ont apporté leur soutien à ce texte dont l’adoption a été précédée de débats assez houleux à l’Assemblée Nationale ce jeudi.

La France Insoumise, pourtant opposée

Après cet incident, sa formation politique a apporté des clarifications en précisant qu’il s’agit bien d’une erreur technique et non d’une trahison de la discipline de groupe. Une erreur commise par un autre élu a d’ailleurs été rapportée. Ceci permet d’étayer la thèse selon laquelle, le vote de ce jeudi ne traduisait pas sa position politique. « M. Jean-Luc Mélenchon, M. Loïc Prud’homme ont fait savoir qu’ils avaient voulu voter contre » a indiqué l’Assemblée nationale.

La France Insoumise s’était identifiée comme étant l’une des formations politiques qui était foncièrement contre ce texte. Il prévoit que l’État procède à la vente au privé de tout ou partie des actifs qu’il détient dans ADP (ex-Aéroports de Paris), soit 50,63 % des parts représentant quelque 9,5 milliards d’euros.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom