Le regain des tensions en Libye inquiète l‘Italie. L’ex-puissance coloniale est préoccupée par la reprise des combats dans le pays de Mouammar Kadhafi. Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte s’est exprimé aujourd’hui sur la situation libyenne devant les députés italiens. Il a estimé que cette reprise des combats, avec son corollaire de morts, de blessés et de déplacés par centaines, fait le nid à une crise humanitaire dont les conséquences ne manqueraient pas de se ressentir sur le continent européen.

Loading...

Une recrudescence des arrivées de migrants à craindre

Le chef de gouvernement italien a clairement laissé entendre qu’il s’inquiétait de l’impact de cette reprise des hostilités sur les mouvements de migrants. Les combats entre le GNA basée à Tripoli et l’ANL qui contrôle l’est libyen ont fait 56 morts en une semaine selon l’OMS. Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte dit être en contact avec les deux dirigeants de ces forces combattantes et connaît leurs intentions respectives qui ne vont pas dans le sens de l’apaisement. Si le maréchal Haftar, à la tête de l’Armée Nationale Lybienne (ANL) qui contrôle déjà l’Est, veut avancer sur l’Ouest et marcher sur Tripoli, le Chef du Gouvernement d’union Nationale (GNA) Fayed al Sarraj reconnu par la plupart des pays occidentaux dit vouloir reprendre le contrôle de tout le pays avec une contre-offensive générale.

De quoi jeter sur les routes du monde et dans les bateaux des passeurs des milliers de désespérés candidats au voyage périlleux vers l’Europe. La proximité des côtes italiennes avec les côtes libyennes font de ce pays la destination favorite des migrants et la porte d’entrée de ceux-ci sur l’Europe. Ce qui peut justifier les préoccupations et inquiétudes du chef de gouvernement italien.   

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom