«Incitation à la corruption et à la débauche». C’est du moins le motif qui a valu une poursuite judiciaire à Vida Movahédi une Iranienne, mère d’une fille de deux ans. Elle manifestait en effet contre le port du voile et s’était même affichée au centre de la place Enghelab située dans la capitale du pays sans se couvrir la tête. Le voile en main, elle faisait des gestes pour montrer son opposition. Cet acte posé avait conduit à son interpellation en octobre 2018 puis à une condamnation à un an de prison en mars dernier.

« Révolte civique »

Elle est revenue lors de son procès sur son engagement à combattre le port du voile. Elle ne serait pas à sa première expérience sur ce genre de manifestation. En 2017, l’iranienne avait déjà manifesté contre le port du « voile islamique obligatoire ». Ce combat qu’elle qualifie de « révolte civique » dans un pays musulman ne va toutefois pas à son avantage. Son avocat fait observer que son dossier fait objet de blocage au niveau de l’administration puisqu’il y a possibilité qu’elle jouisse d’une amnistie ou d’une libération anticipée. «Plus d’un mois après, nous en sommes toujours au même point», fait-il savoir.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom