La sortie de La Grande Bretagne de l’Union européenne soulève moult débats autant à l’intérieur de l’Union Européenne qu’au sein même du Royaume. Les parties en Grand Bretagne peinant à trouver un compromis pour une sortie ‘’acceptable’’ de l’Union. Cependant, même si la sortie(Brexit) en elle-même n’est pas remise en cause, du moins pas encore, L’UE aurait accepté de repousser la date butoir fixée au Royaume. Un report dont se féliciterait plus d’un.

Un Report salutaire

Depuis Novembre 2018, les tentatives effrénées de la première ministre britannique de trouver avec l’UE un accord de sortie ‘’convenable’’ avait débouchée sur un blocage politique en Grande Bretagne. C’est que les parlementaires britanniques ne trouvaient aucun des accords proposés convenables. Seulement pour le gouvernement  en place dans le Royaume, un brexit ‘’brutal’’ et sans accord serait plus néfaste qu’autre chose.

Le 29 Mars, Sur insistance de Mme Teresa May, et malgré le rejet du Parlement, l’Union Européenne avait néanmoins accordé  à la Grande Bretagne de prolonger le délai de sortie au 12 Avril si le rejet des Parlementaires persistait et au 22 mai si un ‘’Deal’’ était conclu. Ce mercredi 10 avril, la première ministre britannique requerrait auprès de l’Union un autre rejet de la date butoir, avec l’assurance de pouvoir convaincre le Parlement de son pays d’accepter son projet d’accord de sortie. Un report accepté par L’Union Européenne allongé jusqu’au 31 Octobre prochain, de quoi donner à l’administration aux affaires en Grande Bretagne de trouver avec les élus, la meilleure formule de ‘’Brexit’’.

« Le meilleur compromis possible »

Pour le président français, la nouvelle date accordée à la Grande Bretagne pour sa sortie, représenterait, rapporte une presse internationale, « le meilleur compromis possible ». Car pour Emmanuel Macron, force devait être donnée au maintien de la cohésion des membres jusqu’à la fin de la mission de l’actuelle Commission Européenne.

En fixant une nouvelle « butée » au 31 Octobre, le sommet des 27 permettait à la Grande Bretagne de décider posément de la pertinence et des conditions du ‘’Brexit’’ et à l’UE de continuer à préserver son unité décisionnaire jusqu’à la fin du mandat de la Commission Européenne prévue pour cette date justement. Rappelons que La Commission européenne, est la branche exécutive de l’Union européenne. Politiquement indépendante, elle est chargée d’élaborer des propositions législatives et met en œuvre les décisions du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom